En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de contenus et services les plus adaptés à vos centres d'intérêts.
 GALERIE ART PREMIER AFRICAIN GALERIE ART PRIMITIF AFRICAIN AFRICAN ART GALLERY

GALERIE ART PREMIER AFRICAIN GALERIE ART PRIMITIF AFRICAIN AFRICAN ART GALLERY

African Paris Gallery L'Oeil et la Main. Art premier primitif africain
Art africain traditionnel

L'art africain traditionnel, qui fut aussi appelé « art nègre », se subdivise en une multitude d'arts locaux. Les musées internationaux ayant longtemps négligé l'art africain[réf. nécessaire], de ce fait la plupart des chefs d'œuvre sont entre les mains des collectionneurs privés et des marchands, et certains d'entre eux ont réalisé depuis les années 1980 de véritables fortunes. Après les diverses indépendances, beaucoup d'Européens étaient rentrés en Europe avec souvent d'importantes collections et peu à peu, leurs collections ont alimenté les marchés aux puces et les ventes aux enchères.

Les objets

La diversité plastique de l'Art africain traditionnel montre une prodigieuse imagination et une intensité magique, révélant l'omniprésence du sacré — qui fascina quantité d'artistes et collectionneurs occidentaux au XXe siècle dont André Breton — et des rites complexes : cérémonies où se jouent la définition du pur et de l'impur, la perpétuation de la lignée, la légitimation des alliances, la force et la cohésion du clan.

La véritable passion de l'art africain se doit dans certains cas de respecter l'objet dans son intégralité, ce qui signifie donc par exemple d'accepter l'existence — sans se laisser impressionner — d'une couche de sang séché (croûte sacrificielle) recueilli au cours des sacrifices rituels. Aux dires des collectionneurs — fétichistes ? — les plus passionnés, les traces laissées de leur utilisation, confèrent à ces objets une puissance magique ou esthétique que les autres ne possèdent pas.

Parmi les objets usuels africains on peut aussi trouver des objets artisanaux tels que des poulies, des serrures de grenier, des échelles, des calebasses pyrogravées et des armes, des objets personnels (poupée de maternité, fétiche), mais aussi des objets comme des statues décoratives sculptées pour les villas des blancs dans les années 1950 et 1960, ou comme enseignes naïves des boutiques. Ces objets sont des «faux» pour les puristes et les «ethnos» qui les méprisent, mais ces pièces, aujourd'hui pâtinées par le temps, se révèlent des choses, souvent très belles et très touchantes, d'un art réellement populaire, témoin d'un temps aujourd'hui révolu. Par exemple les statues dites «colons» représentent le «colon», l'homme blanc vu par l'homme noir, et sont souvent des statues pleines d'humour et de drôlerie (casque colonial, pistolet à la ceinture, mains dans les poches).

Cependant les faux d'aujourd'hui, font des ravages, car dans de nombreux villages africains, les artisans sont passés maîtres dans l'art de patiner le neuf, d'autant plus que selon les experts il devient impossible de retrouver aujourd'hui une œuvre majeure sur le continent. Tout est déjà en Europe, chez les collectionneurs (comme le bruxellois Willy Mestach), dans les familles d'anciens colons, ou en Amérique dans les musées. Trouver un objet rituel étant devenu rarissime, il y a de nombreux vols concernant ces objets, liés à la découverte de cet art primitif. D'autre part, de nombreux «rabatteurs» écument les villages de brousse les plus éloignés pour inciter les villageois à leur vendre leurs objets usuels comme les statuettes, les masques ou les poupées. Lors de la mode des échelles de grenier Dogons, à la fin des années 1980, les antiquaires africains raflèrent toutes les échelles des villages et saturèrent le marché parisien, ils firent la même chose pour les serrures Bambaras.

Les gouvernements africains de leur côté laissent faire car ils ne manifestent pas beaucoup d'intérêt pour le marché de l'art africain et même le boudent, alors qu'une résolution prise par l'UNESCO interdit, depuis le début des années 1990, de faire sortir masques et statues du continent africain. Mais dans les faits, ni l'UNESCO, ni les gouvernements africains ne disposent des moyens d'endiguer l'hémorragie et de protéger ce patrimoine. De plus certaines critiques se sont élevées contre une telle mesure avec comme argumentaire de dire : « Rien n'interdit aux Européens, aux Américains ou aux Japonais de vendre leurs œuvres à l'étranger ou d'en acheter. Pourquoi ce droit serait-il interdit aux Africains ? »

L'Afrique reste, cependant, un gisement artistique naturel d'importance majeure, car d'un bout à l'autre de ce vaste continent, il existe des milliers de tombes millénaires contenant, encore, des dizaines de milliers d'objets à découvrir. Quelques musées africains, dont les États n'ont pas les moyens ni la volonté d'entreprendre des fouilles, tentent de s'organiser et de proposer aux marchands des fouilles mixtes ou conjointes avec comme but de conserver les pièces les plus exceptionnelles, et au moins de pouvoir être intéressés aux ventes des objets collectés, afin d'avoir les moyens de mettre en œuvre une véritable politique d'acquisition.

Aujourd'hui l'art africain est une mine inépuisable d'inspiration pour les créateurs qui le réinterprètent, mais « hors de son milieu, retiré de son contexte, non seulement géographique mais aussi social, l'objet perd son identité culturelle. (...) De la panoplie du "colonial" au mur du "collectionneur" associé aujourd'hui à l'art contemporain, on tend à oublier la relation de l'objet africain avec son milieu d'origine, faisant abstraction de l'évidente implication ethnologique ».

Quelques arts africains

    * Art akan (Côte d'Ivoire/Ghana), têtes hiératiques.
    * Art ashanti
    * Art bakota (Gabon), voir Art kota
    * Art bambara (Mali), statuettes fétiches, figurines en fer forgé, serrures de greniers et statues.
    * Art bamoun (Cameroun), masques.
    * Art bangwa (Cameroun)
    * Art baoulé (Côte d'Ivoire), statuettes fétiches, frondes, métiers à tisser, volets de case.
    * Art boki (Nigéria), cimiers.
    * Art buyu (Congo-Kinshasa)

    * Art dan (Côte d'Ivoire, Liberia).
    * Art dowayo du Cameroun, statuettes.
    * Art dogon (Mali), statuettes fétiches, tabourets, échelles de grenier, portes.
    * Art fang (Gabon), têtes Byieri, reliquaires, armes de jet.
    * Art ibedji yorouba (Nigéria), statuettes fétiches, coupes.
    * Art kasai
          o La Luba est une statuette représentant la fondatrice du clan.
    * Art kirdi (Cameroun), boucliers.
    * Art kota ou Bakota (Gabon), reliquaires, armes de cérémonie.
    * Art kuba (Congo-Kinshasa), tapisseries, appuie-huque et cuillères sculptées.
    * Art kwese, masques.
    * Art lobi (Ghana), statuettes fétiches, culptures sacrificielles bicéphales.
    * Art luba
    * Art mahongwé (Gabon), reliquaires.
    * Art makondé (Tanzanie), « masque de ventre » féminin porté par les danseurs masculins.
    * Art mbuun
    * Art moba (Togo), statuettes.
          o Le Sakab Tchitchiri représente l'ancêtre fondateur du clan, il est représenté sous forme d'une grande statue, tête en pointe, jambe écartée sur son socle.
    * Art mossi (Burkina Faso)
    * Art mukuye (Nigeria)
    * Art mamji du Cameroun, statuettes.
    * Art nimba (Guinée)
    * Art nkisi (Congo-Kinshasa), statuettes fétiches à clous.
    * Art nyamwezie (Tanzanie)
    * Art pygmée, pongos (pagnes d'écorces battue aux dessins compliqués, rythmés et fantasques).
    * Art sénoufo (Côte d'Ivoire, Mali), statuettes fétiches, ses sièges.
    * Art songye, statuettes fétiches, ses masques et ses boucliers.
          o Art Bena-Kibeshi sous-groupe songye.
    * Art tschokwe (Angola), sceptres.
    * Art tsogho (Gabon), masques.
    * Art turkana (Kenya)
    * Art yaka (Congo), frises de scarifications.

Musées et fondations

    * Musée d'Art africain (Dakar, Sénégal)
    * Musée de la chefferie Bafut (Cameroun) : masques, armes de combat, instruments de musique, costumes de cérémonies.
    * Musée du sultanat de Foumban, capitale du pays bamoun (Cameroun) : plus de 3 000 objets dont certains vieux de plus de six cent ans.

    * Musée Dapper de Paris
    * Musée du Quai Branly à Paris

Expositions

    * L'exposition « Africa Remix » au Centre Pompidou du 25 mai au 15 août 2005, a dressé un panorama de l'art contemporain africain.
    * Vendredi 31 octobre 2008 : Le musée Dapper à Paris réunit jusqu'au 12 juillet 2009, cent cinquante statues anciennes d'Afrique, issues de dizaines d'endroits différents du continent, et célébrant l'épouse, la mère, la reine et la déesse.

Lieux de vente d'art africain

    * Rue des minimes à Bruxelles, en plein coeur du quartier des Sablons.
    * Foire des Antiquaires de Bruxelles, site http://www.antiques-fair.be/DesktopDefault.aspx?tabid=1&lg=fr, tous les mois de janvier.
    * Hôtel Drouot
    * Le quartier de Saint Germain des Près à Paris où quelques rues (Guénégaud, Mazarine, Beaux-arts) concentrent des galeries de réputation internationale.

Évènements

    * Samedi 29 novembre 2008 : À Bergerac (sud-ouest de la France), début d'un week-end de vente aux enchères de quelque 1 200 objets d'Art africain traditionnel dont une grande majorité en provenance du Congo démocratique et ayant appartenu à l'ancien président Mobutu, à son conseiller et à son médecin.

La cote [modifier]

Dans les années 1950, on pouvait trouver de nombreux objets au prix de 10 francs sur les marchés aux puces d'Europe. Les premiers objets à prendre de la valeur furent ceux du Bénin car ils étaient en bronze, puis vint la mode des objets à patine noire de Côte d'Ivoire, et ceux des Bakota du Gabon plaqués de cuivre et de laiton. Les grandes statues valaient plus chers que les petites, alors que le plus souvent en Afrique, si elles sont petites c'est pour pouvoir les cacher plus facilement car elles ont une importance particulière.

En 1983, un marchand parisien, Jean-Michel Huguenin, fait découvrir les sièges Sénoufo. En 1985, un autre marchand parisien, Réginald Groux, découvre les échelles de greniers Dogon — provenant de la falaise de Bandiagara — et Lobi dans la région de Mopti (Mali). Il acquiert un premier lot de cinquante, leur fait ajouter un socle et les vend dans sa galerie en faisant un joli profit. Au total il vendra plus de deux cents de ces objets bicentenaires. En 1990, un autre marchand parisien, Maine Durieux, fait découvrir les fers forgés des Bambaras (figurines de 10 cm).

    * Statue de reine Bangwa (Cameroun), 3,41 M.$ en avril 1990, Sotheby's New-York.
    * Grand Byeri de Chinchoa (Gabon), 2,5 M.FRF en juin 1990, Drouot Paris.
    * Statue féminine d'ancêtre Bambara, 900 000 FRF en décembre 1990, Paris.
    * Masque Mukuye Punu (Gabon), 617 142 € en juin 2004.
    * Plaque du Bénin (vers 1580-1620), 503 250 € en juin 2004.
    * Plaque du Bénin du XVI-XVIIe siècle, 691 200 € en décembre 2004.
    * Masque Ngil de culture Fang (Gabon), haut de 48 cm, en bois, représentant un visage stylisé peint en blanc au kaolin, 5,9 M d'euros (avec les frais) le 17 juin 2006, Drouot Paris, devenant ainsi l'œuvre d'arts premiers la plus chère jamais vendue au monde.
    * Statuette dogon représentant un cavalier, 85 000 € (2007).
    * Tabatière tschokwe du XIXe, 25 000 € (2007).
    * Statue-reliquaire nkisi, 145 000 € (2007).
    * Statue de femme Sénufo, 72 750 € en juin 2008, Sotheby's Paris[1].
    * Statue Yoruba, Mère à l'enfant, 450 000 € en janvier 2008, 53e foire des Antiquaires de Bruxelles.


Livres, articles et documentaires

    * Cyril Christo et Marie Wilkinson : Africa, la terre des origines, éd. Assouline
    * Jacques Kerchache, Jean-Louis Paudrat et Lucien Stephan : L’Art Africain, éd. Mazenod, 1988
    * Étienne Feau et Hélène Joubert : L’Art Africain, éd. Scala, 1996
    * Serge Diakonoff (texte), André Longchamp (photographies), avec l'assistance de Frédéric de Senarclen : L'Âme de l'Afrique, Masques et Sculptures, éd. Naef et Les Éditions de l'Amateur, 2006
    * Claude Tardits : L'Histoire singulière de l'art Bamoun, éd. Maison-neuve et Larose.
    * Daniel Payot : L’art africain entre silence et promesse, éd. Circé 2009,

    * Werewere Liking, Statues colons, Les Nouvelles Éditions Africaines, 1987 (photos Georges Courrèges)
    * Cyrille Bela, 2007 : « L’art des abbia : une forme d’expression sculpturale du pays pahouin », in Afrique, Archéologie et Arts n°4, CNRS-Université Paris I-Université Paris X, pp.83-90.

    * En 1953, Alain Resnais a réalisé le documentaire de 29 minutes Les statues meurent aussi, prix Jean Vigo 1954, sur un texte de Chris Marker, dit par Jean Négroni. Ce documentaire défend la thèse d’une liquidation de l’art africain par le colonialisme, explique une mise à nu des mécanismes d’oppression et d’acculturation, le développement d’un art de bazar parce que le Blanc est acheteur, montre qu’il n’y a pas de rupture entre la civilisation africaine et la civilisation occidentale.




Recherche
Traductions du site
Menu
Lettre d'information
Liens
Publicités