En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de contenus et services les plus adaptés à vos centres d'intérêts.
 GALERIE ART PREMIER AFRICAIN GALERIE ART PRIMITIF AFRICAIN AFRICAN ART GALLERY

GALERIE ART PREMIER AFRICAIN GALERIE ART PRIMITIF AFRICAIN AFRICAN ART GALLERY

African Paris Gallery L'Oeil et la Main. Art premier primitif africain

Image Exposition Fleuve Congo - les ethnies

Les oeuvres sont présentées selon un parcours géographique allant des productions d’Ouest en Est, du Gabon vers les deux Congo :

  • les Fang et les peuples apparentés
  • les Kwele
  • les Mbede-Kota
  • les Tsogho, Galwa, Aduma, Vuvi et Teke (Tsaayi)
  • les Ngbaka, Ngbandi et Ngombe
  • les Mbole, Yela, Metoko, Komo, Jonga, Lengola et Kela
  • les Lega et les Bembe

LES FANG :

LES KWELE : ils habitent sur la frontière nord de la république du Congo, et ont utilisés un type de masques appelés Ekuk, ce sont des masques plats, qui présentent des yeux incisés , souvent un visage de couleur blanche en forme de coeur un nez en triangle et des yeux en forme de grain de café. ces masques accrochés dans les maisons étaient rarement portés durant les cérémonies, d'initiation du culte bwété, leur fonction était d'animer un village afin d'activer es forces bénéfiques habitant le Bwété.

LES  KOTA : Habitant dans la partie orientale du Gabon, à la frontière avec la république du Congo, les Kota, regroupent un certain nombre de tribus, tels les Mahongwé, les Sango, les Obamba, et les Shamayé , qui pratiquent des rites identiques et partagent des traits culturels. Ils ont probablement migrés vers le sud , durant le 18ème, et de nos jours vivent dans la vallée de la rivière, Ogonoué, dans un environnement de forêt. leurs ressources économiques proviennent, sutout de la chasse et de l'agriculture. Autrefois les Kota, avaient l'habitude, de laisser leurs morts exposés aux éléments dans la forêt. Sous l'influence de tribus voisines, ils commencèrent à enterrer leurs cefs et à conserver leurs ossements, (principalement le crâne) afin de les placer avec d'autres objets cargés de pouvoirs magiques dans des boîtes en écorce ou des paniers appelés Bwété.

ces paniers ou boîtes reliquaires furent gardées pendant des générations mais au cours du XX les croyances des Kota, changèrent et les culte des bwété fut souvent abandonné. en 1964 un mouvement religieux, appelé le culte des demoiselles, fut responsable de la destruction de la plupart des objets traditionnels, restants. Ce mouvement reposait sur la croyance qu'on pouvait acquérir la force des ancêtres en imitant leurs valeurs et leurs coutumes.

Les paniers reliquaires, les Bwété, gardés dans un espace clôt spécial placés au fond de la case du chef étaient le point focal d'offrandes et de prière dont le but était d'apporter la prospérité au clan. Durant les cérémonies d'initiation les garçons, plusieurs de ces boites représentant les clans et familles étaient regroupées, renforçant l'unité des différentes composantes de la tribu

Au sommet du Bwété était placé une statue possédant un corps fortement stylisé en forme de losange, et une grande tête recouverte de feuilles de cuivre. L'arrière de la tête est généralement laissé à l'état brut, mais parfois un motif géométrique s'y détache. de rares statues sont janiformes et moins de 5 exemplaires ayant un corps stylisé sont connues. mais nous ignorons leur fonction.

LES STATUES :

 

les masques Kota sont rares, ce sont principalement des masques heaumes aux traits simplifiés, aux yeux tubulaires et aux larges sourcils incisés, sous une coiffre en crête.sous une coiffure en crête, souvent recouverts de pigments  blancs ils apparaissent durant les cérémonies d'initiation.

LES STATUES:

Six styles régionaux, différents de statues Kota, ont pu être différenciés. les statues Maongwé appelés aussi Osyéba ) ont un visage de forme ogivale, recouverts de fils de cuivre horizontaux.

Les statues Shamayé, présentent un visage en forme d'amande, recouvert de feuilles et de fils de cuivre, entourés par deux extensions latérales.

le visage ovale des statues obamba est recouvert de feuille de métal et entouré de deux extensions, latérale ainsi que d'une haute coiffure.

les statues KOTA, dont le visage est également ovale montrent une coiffure et deux extensions latérales finissant par une ligne horizontale.

LES OBJETS QUOTIDIENS :

Les Kota ont parfois ornés des cloches de figures de personnages, qui pourraient représenter des ancêtres, ils ont utilisés de grande chevillère, aux profondes incisions, servant probablement de dot vu leur poids excessifs. des couteaux de jet dont la forme évoque une tête d'oiseau ont probablement été utilisés pour des usages rituels. pour les dignitaires les artistes Kota ont crée des tabourets concaves recouverts de feuilles de cuivre et supportés par 4 pieds concaves.

LES TEKE : les téké vivent dans un territoire, qui s'étend entre la république du Congo , la république démocratique du Congo, et le Gabon. Durant le XV ils furent associés au royaume Tio mais devinrent indépendants, au cours du XVII, aujourd'ui ils abitent dans des villages, dirigés par les anciens des clans, appelés Mfumu, soumis à l'autorité d'un cef de territoire. Leur économie repose principalement sur la culture du maïs, du millet et du tabac, mais les téké sont aussi des pêcheurs et des commerçants avisés, ils croient en un dieu suprême le Nzambi, dont les faveurs peuvent être obtenues par le biais de divinités tutélaires.

les artistes Téké ont essentiellement crée des statues entourées de matière fétiches appelés Bilongo , qui protègent les Téké, les propriétaires de ces fétiches, peuvent détacher le bilongo et l'intégrer à d'autres statues qui seront vendues a des familles voisines laissant la statue originale avec un corps émacié.

LES MASQUES : les masques Téké sont portés par les membres, de la société Kidumu, durant les funérailles de leurs chefs ou pendant les mariages et autres cérémonies importantes. De forme circulaire ils sont divisés horizontalement par une bande. leur surface est décorée de motifs géométriques peints avec des pigments de couleur noire. de nombreuses copies de ces masques ont été faites pour les européens.

LES STATUES : les statues créées par les artistes Téké ont des jambes raccourcies et légèrement fléchies, un torse allongé encadré par des bras pliés à angle droit , et une grande tête portant des scarifications, linéaires et une barbe trapézoïdale, leur taille varie entre 15 et 80 cm. Elles peuvent être utilisées par un individu ou par la communauté toute entière.

la forme du bilongo indique souvent la fonction de la statue, par exemple les statues appelées mutinu bmamba ont un bilongo cylindrique et sont utilisés pour aider les femmes pendant l'accouchement. Les Statues Matomba ont un bilongo en forme de tonneau qui leur confère une fonction apotropaïque. Les statues Butti représentent des ancêtres, dans leur bilongo des matières fétiches telles que des ongles ou des cheveux du défunt ont été incorporées. Reconnaissables, à leur patine brillante elles portent souvent un collier, de métal identifiant l'iemportance de l'ancêtre reproduit.

D'autres statuettes connues sous le nom d'itéo symbolisent l'esprit du bonheur caractérisées par un cône de terre blance entourant le corps, elles étaient gardées précieusement par les familles, durant les chasses ou les expéditions les Téké portent parfois de petits fétiches anthropomorphes.

les statuettes en laiton et les maternités , sont rares leur fonction nous est inconnue.

LES OBJETS QUOTIDIENS : les artistes Téké ont crées des appuie-nuque des herminettes, et des chasses mouches décorés de visages humains, ces objets étaient utilisés pour afficher le prestige de leur propriétaire, chef ou notable, de grands colliers de bronze décorés de motifs géométriques indiquait le statut de leur porteur.

LES MBOLE :

les cent cinquante mille mbolé vivent sur la rive gauche de la rivière Zaïre, au coeur de la république démocratique du Congo. ils migrèrent du nord de la rivière lulaba, durant le 18ème siècle. les villages Mbolé sont indépendants, dirigés par un chef élu parmi les anciens de chaque famille. les ressources principales sont le manioc et le riz, cultivés par les femmes tandis que les hommes chassent. trois sociétés structurent la vie des Mbolé:

l'Ekanga réservée au guérisseurs,

L'Otuku pour les femmes de chefs.

et la société Lilwa qui contrôlent la plupart des rites de la vie sociale et religieuse, de la criconcision à la mort, à travers différentes cérémonies d'initiation. le cef connu sous le nom d'Isaya, joue un rôle important dans la vie des villages



Recherche
Traductions du site
Menu
Lettre d'information
Liens
Publicités