En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de contenus et services les plus adaptés à vos centres d'intérêts.
 GALERIE ART PREMIER AFRICAIN GALERIE ART PRIMITIF AFRICAIN AFRICAN ART GALLERY

GALERIE ART PREMIER AFRICAIN GALERIE ART PRIMITIF AFRICAIN AFRICAN ART GALLERY

African Paris Gallery L'Oeil et la Main. Art premier primitif africain
SPECIAL CARRE RIVE GAUCHE
vernissage le jeudi 31 mai à partir de 18 h
exposition du 31 mai 2012 au 31 octobre 2012
Art Gallery l’œil et la main
41 rue de Verneuil, 75007 Paris 
contact@agalom.com
www.african-paris.com
01.42.61.54.10
Horaires d’ouverture : du lundi au samedi 14h-19h
Synopis de l' exposition
SIGNIFIER la tradition
PENSER l'identité africaine
Entre Histoire et légendes, L'exposition " HEAUMES" , masques choisis par Armand Auxiètre,
propose de décrypter, la toute puissance des symboles dans l'action socio-culturelle des
communautés africaines,
explorant par la voix du masque et de son apparence - " per-sonare, persona " - la transgénération de la civilisation africaine dans ses mémoires rituelles, initiatiques, comme de l'image
suggérée, au service de l'émotion.                                                                                                                                   
SIGNIFIER la tradition
Masque Heaume  Igala
détail
Le masque Heaume, masque de cérémonie ,servait aux fêtes de la moisson « OCHO ».
Lors de ces fêtes , le roi, « ATTA » redéfinissait les rapports socio-politiques qu'il entretenait
avec ses représentants officiels établis tout au long du fleuve Niger,  soumis à une organisation
territoriale de type féodal ;
 et renouait , le temps de ce festival, des liens régaliens avec la population locale.
Le festival terminé, le masque raccompagnait le roi, lui signifiant alors sa « toute-puissance »
monarchique.
Le masque  présenté par la Galerie l'Oeil et la Main , dont on peut trouver l'équivalent par
exemple, exposé au musée de Kaduma au Nigéria, manifeste par le nombre de ses scarifications, sa
coiffure
soignée, la finesse des traits, la subtilité du regard et l'expression du sourire, la barbe,
 l'apanage d'un très grand roi.
PENSER l'identité africaine, comme universelle
L'art du masque, c'est la géométrie au service de l'émotion, écrivait Picasso.
L'objet, par abstraction de la forme inventée par un artisan, sans statut d'artiste « en -soi », témoigne
à la fois
par le geste du sculpteur , d'une ethnographie rythmée par les coutumes,
par sa liberté d'interprétation, du sens universel de l'homme en quête de la substance de « l'être ».
dans ses Chants d'ombre, Césaire oppose« la raison hellène » à « l'émotion noire » :
« Nuit qui me délivre des raisons des salons des sophismes,
des pirouettes des prétextes, des haines calculées des carnages humanisés
Nuit qui fond toutes mes contradictions, toutes contradictions dans l'unité première de ta
négritude »                                                                                                                                           
Si l'Egypte des pharaons a légué au patrimoine de l'humanité l'or de ses momies et l'écriture des
hieroglyphes, L'Afrique de l'Ouest a gravé sur bois l'épopée de ses tribus, la noblesse de ses rois,
tatoué sa cosmogonie et ses offrandes,
et confié aux générations par l'art du masque, la représentation pure de la pensée africaine ; 
Offrant au monde la perception de ce qu'André Breton définissait comme la beauté convulsive,
la genèse d'un langage « surréaliste » qui n'a pas fini de troubler nos apparences et nos dictats
de la modernité.
La sélection du galeriste Armand Auxiètre


Recherche
Traductions du site
Menu
Lettre d'information
Liens
Publicités