By continuing your visit to this site , you accept the use of cookies to provide content and services best suited to your interests.
 GALERIE ART PREMIER AFRICAIN GALERIE ART PRIMITIF AFRICAIN AFRICAN ART GALLERY

GALERIE ART PREMIER AFRICAIN GALERIE ART PRIMITIF AFRICAIN AFRICAN ART GALLERY

Art Gallery the Eye and the Hand
Situation : Welcome » Result of the research
Result of the research Result of the research : 'reliquaire'

 
 
Pol Pierre Gossiaux
 
Titulaire de la Chaire
d’Anthropologie des systèmes symboliques
et d’Ethnosémiologie de l’Art africain
Université de Liège (Belgium)
 
PP.Gossiaux@ulg.ac.be
 
 
 
 
 
Le Bwame  du Léopard
des
Babembe  (Kivu-Congo)
 
Rituel initiatique et rituel funéraire
 
Avec 52 illustrations
 
 
 
 
 
 
 
          2
     
 
 
 
Table des matières (1ère partie)
 
 
 
 
 
Avant dire. Présentation du Bwamè                                    
 
 
3
Fondements de l’anthropologie
et de l’ethnosémiologie bembe
 
10
Exorciser l’animal
 
Fondements du savoir bembe
 
 
15
Les animaux et la titulature du Bwamè
       
See the continuation... ]


Image Kota

KOTA RELIQUAIRE GABON





KOTA RELIQUAIRE GABON




KOTA RELIQUAIRE
See the continuation... ]


Image FLEUVE CONGO
NEYT  François
 
FLEUVE CONGO: Arts d'Afrique centrale, correspondances et mutations des formes
 
Détails sur le produit:
 
Couverture reliée sous jaquette en couleur: 405 pages - Format: 29,7 x 24,5 cm - 400 illustrations - Musée du quai Branly
Editeur : Fonds Mercator Bruxelles (12 juin 2010) - Collection : FONDS MERCATOR 
Langue : Français - ISBN -10: 9061539145 - ISBN -13: 978-9061539148
NEYT  François  -  FLEUVE CONGO  -  Arts d'Afrique centrale, correspondances et mutations des formes
Descrizione libro - Présentation de l'éditeur   -   Biographie de l'auteur
 
 
 
 
 
Descriptions du produit:
 
 
 
Descrizione libro
 
Cet ouvrage met en lumière les interrelations qui unissent la production artistique des groupes humains de l'Afrique centrale. Les correspondances et les mutations des formes présentées mettent en évidence les sources d'inspiration de ces populations s'exprimant dans une langue bantoue. Ces sculptures traduisent à leur manière la présence d'une civilisation unique de la côte atlantique aux abords du lac Tanganyika à l'est. Celle-ci couvre le bassin du fleuve Congo et celui d'Ogooué au Gabon. De nombreuses cartes géographiques ponctuent le passé culturel de ces peuples, leurs migrations et la localisation des sculptures choisies. Les trois thèmes retenus se présentent comme un chemin initiatique soulignant
See the continuation... ]


Image Gabon: Présence des esprits
FALGAYRETTES-LEVEAU Christiane, Gérard Delorme, Michel Leveau, Dominique Blanc
 
Gabon: Présence des esprits
 
Détails sur le produit:
 
Relié: 205 pages - Editeur: Editions Dapper (20 septembre 2006) - Collection: BEAUX ARTS - Langue: Français 
ISBN-10: 291525818X - ISBN-13: 978-2915258189
FALGAYRETTES-LEVEAU Christiane, Gérard Delorme, Michel Leveau, Dominique Blanc: 
Gabon: Présence des esprits
Descriptions du produit: Présentation de l'éditeur - Biographie de l'auteur
 
 
 
 
 
Descriptions du produit:
 
 
 
Présentation de l'éditeur
 
 
A travers des œuvres d'une qualité plastique exceptionnelle, l'ouvrage Gabon, présence des esprits, donne une vision d'ensemble de modes d'expression témoins de savoirs ancestraux et de pratiques comptant parmi les plus aboutis des arts africains. Au cœur des relations qui unissent les vivants et les morts, le culte des ancêtres s'appuie sur un objet essentiel, le reliquaire surmonté d'une figure de gardien. Les Fang et les Kota en ont été les sculpteurs les plus inspirés. Les masques, dont les manifestations sont diversifiées, occupent également une place centrale chez la plupart des peuples du bassin de l'Ogooué, punu, lumbu, njabi, vuvi, fang, kota... Utilisés lors de cérémonies cultuelles ou au quotidien, d'autres types d'objets, instruments de musique, cuillers, couteaux,
See the continuation... ]


Image FANG
FALGAYRETTES-LEVEAU Christiane, C.&P. LABURTHE-TOLRA, TESSMANN Günter
 
FANG
 
Détails sur le produit:
 
Broché: 324 pages - Editeur: Editions Dapper (2001) - Collection: Publication - Langue: Français - ISBN-10: 2906067369 - ISBN-13: 978-2906067369
FALGAYRETTES-LEVEAU Christiane, C.&P. LABURTHE-TOLRA, TESSMANN Günter 
FANG
Descriptions du produit
 
 
 
 
 
 
 
Descriptions du produit:
 
 
 
Musee Dapper, Paris, 2001. Softcover. 12.5" x 9.25". 324 pages. 90 colour and 81 black & white photographs.47 line drawings. 8 plans. 2 maps. Includes extract from Tessman's "Die Pangwe." Text: French. Originally published in 1991 in conjunction with an exhibition with an exhibition at the Musee Dapper.
 
Très beau catalogue réalisé à l'occasion de l'exposition FANG de 1991 au musée Dapper à Paris. Ce livre reproduit une importante collection de "Byeri"(figures de reliquaire Fang) et quelques masques et objets de la même ethnie. Le texte est en grande partie consacré à l'ouvrage de Günter TESSMANN "Die Pangwe" (les pahouins) édité en 1913. "Die Pangwe" document ethnologique, véritable encyclopédie sur la vie des Ethnies dites "Fang", a été rédigé à la suite d'une expédition de plus de 2 ans (1907-1909) aux limites du Cameroun, de la Guinée équatoriale et du Gabon, il est reproduit
See the continuation... ]

See the continuation... ]

Art primitif : prix du désir, prix de l’objet
AuteurRolande Bonnain-Dulon du même auteur
CRH/EHESS
24, bd de Magenta
75010 ParisRolande.Bonnain-Dulon@ehess.fr
« L’art primitif a influencé tout l’art contemporain.
C’est normal qu’il ait un prix. »(Jeune marchand parisien)
 
« Noirs désirs » [Télérama, 26/06/2003], « Bas les masques » [Libération, 1/07/2001], « La ruée vers l’or noir » [Le Figaro, 2/07/2001], « Les sortilèges de l’art africain » [Le Figaro, dossier Patrimoine, 26/10/2001], tous ces titres (et d’autres non moins accrocheurs) ont annoncé et suivi la dispersion aux enchères publiques en juillet 2001, soit un an après sa mort, de la collection d’art primitif d’Hubert Goldet, grand amateur et cofondateur de la revue ArtPress. La vente, qui avait duré deux jours et attiré amateurs, marchands et curieux d’Europe et d’Amérique, avait joui d’un énorme succès : 644 lots proposés et vendus pour la somme de 88,4 millions de francs avec les frais soit 13,5 millions d’euros. Cet événement témoigne, s’il en est encore besoin, que ce domaine de l’art, l’un des derniers découverts par l’Occident, n’est plus confidentiel et déborde le cadre du petit monde des initiés. Depuis son ouverture en avril 2000, le pavillon des
See the continuation... ]

Enchères et émotions
AuteurRolande Bonnain-Dulon du même auteur

École des hautes études en sciences sociales
EHESS
Centre de recherches historiques
54, bd Raspail
75006 Paris

Au-delà de leur public bien sûr, les ventes aux enchères passionnent les sociologues et les ethnologues et ce, à juste titre [Matras-Guin, 1987 ; Quémin, 1993 ; Rémy 1990]. Grâce à eux, on a compris pourquoi cette pratique sociale qui mêle l’économique au symbolique, le rationnel aux émotions, l’individuel à une certaine forme de collectif attire tant de gens qui vont là comme au spectacle, par curiosité, sans avoir toujours l’intention de participer aux enchères. Ces chercheurs nous ont également montré le rôle que ces lieux ont joué sur la constitution des communautés diffuses et temporaires, la mise en place de rituels profanes, le vécu de la concurrence, le rapport aux objets, le métier de commissaire-priseur.
2 Avec cet article, nous visons à montrer la forte incidence du lieu et les effets de sa représentation sur l’existence, les pratiques et les particularités d’un certain monde[1] [1] On utilise ici le terme « monde » dans le sens que lui...
suite, celui des collectionneurs d’arts premiers[2] [2] L’expression « arts premiers » désigne ici, sans...
suite dont les objets acquièrent lentement le statut d’art classé, en particulier en ces temps où le Louvre les accueille.
3 Aujourd’hui, les anciennes puissances coloniales ne se livrant plus à des guerres de conquête, une pièce classée dans les arts premiers n’a guère

See the continuation... ]

LES GRANDES EXPOSITIONS COLONIALES :

Les expositions coloniales furent organisées au XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle dans les pays européens. Elles avaient pour but de montrer aux habitants de la Métropole les différentes facettes des colonies.
Les expositions coloniales donnaient lieu à des reconstitutions spectaculaires des environnements naturels et des monuments d'Afrique, d'Asie ou d'Océanie.
La mise en situation d'habitants des colonies, souvent déplacés de force, les fera qualifier dans les années 2000 de zoos humains.


La France compte alors 41,8 millions d'habitants et son Empire colonial, second derrière celui du Royaume-Uni, 67 823 000 personnes pour une superficie de 12 356 637 km².

1866 : Exposition Intercoloniale de Melbourne (Intercolonial Exhibition of Australasia)
1870 : Exposition Intercoloniale de Sydney (Intercolonial Exhibition)
1875 : Exposition Intercoloniale de Melbourne (Victorian Intercolonial Exhibition)
1876 : Exposition Intercoloniale de Brisbane (Intercolonial Exhibition)
1883 : Exposition Internationale et Coloniale d'Amsterdam (Internationale Koloniale en Untvoerhandel Tentoonsellung)
1886 : Exposition Coloniale et Indienne de Londres (Colonial and Indian Exhibition)
1894 : Exposition Internationale et Coloniale de Lyon. Elle vit l'assassinat du président de la République Sadi Carnot.
1894 : Exposition Insulaire et Coloniale de Porto (Exposição Insular e Colonial Portuguesa)
1898 : Exposition internationale et coloniale de Rochefort-sur-Mer
1902 : Indo China Exposition Française et Internationale de Hanoï
1902 :

See the continuation... ]


Afrique Sacrée II   juin 2006


Œuvres des collections du Cirque du Soleil, du Musée des beaux-arts de Montréal et du Musée Redpath, Université McGill


 
Masque de danse okouyi
 
En juin 2006, le Musée des beaux-arts de Montréal mettait à l’honneur l’art du continent africain en révélant des œuvres de très grande qualité provenant de la collection de Guy Laliberté. Afrique sacrée I était le résultat d’un partenariat inédit, issu d’une sélection de pièces provenant de trois collections montréalaises – universitaire, beaux-arts et corporative – celle du musée Redpath de l’Université McGill, du Musée des beaux-arts de Montréal et du Cirque du Soleil.

À compter du 19 novembre 2008, Afrique sacrée II propose une nouvelle sélection d’œuvres majeures, provenant principalement de la collection de Guy Laliberté, qui illustre les approches plastiques d’autres peuples d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique équatoriale et du centre. Afrique sacrée II : œuvres des collections du Cirque du Soleil, du Musée des beaux-arts de Montréal et du musée Redpath, Université McGill rassemble 48 œuvres, des sculptures, des masques et des objets, dans des nouvelles salles plus vastes qui seront dorénavant dévolues à l’art africain.

« Le Musée est heureux de ce

See the continuation... ]

LES GRANDES EXPOSITIONS COLONIALES :

Les expositions coloniales furent organisées au XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle dans les pays européens. Elles avaient pour but de montrer aux habitants de la Métropole les différentes facettes des colonies.
Les expositions coloniales donnaient lieu à des reconstitutions spectaculaires des environnements naturels et des monuments d'Afrique, d'Asie ou d'Océanie.
La mise en situation d'habitants des colonies, souvent déplacés de force, les fera qualifier dans les années 2000 de zoos humains.


La France compte alors 41,8 millions d'habitants et son Empire colonial, second derrière celui du Royaume-Uni, 67 823 000 personnes pour une superficie de 12 356 637 km².

1866 : Exposition Intercoloniale de Melbourne (Intercolonial Exhibition of Australasia)
1870 : Exposition Intercoloniale de Sydney (Intercolonial Exhibition)
1875 : Exposition Intercoloniale de Melbourne (Victorian Intercolonial Exhibition)
1876 : Exposition Intercoloniale de Brisbane (Intercolonial Exhibition)
1883 : Exposition Internationale et Coloniale d'Amsterdam (Internationale Koloniale en Untvoerhandel Tentoonsellung)
1886 : Exposition Coloniale et Indienne de Londres (Colonial and Indian Exhibition)
1894 : Exposition Internationale et Coloniale de Lyon. Elle vit l'assassinat du président de la République Sadi Carnot.
1894 : Exposition Insulaire et Coloniale de Porto (Exposição Insular e Colonial Portuguesa)
1898 : Exposition internationale et coloniale de Rochefort-sur-Mer
1902 : Indo China Exposition Française et Internationale de Hanoï
1902 : Exposition Internationale et Coloniale des Etats-Unis de New York (United

See the continuation... ]


Image Exposition Fleuve Congo - les ethnies

The works are presented in a geographical journey of productions ranging from West to East, both from Gabon to Congo:

* The Fang peoples and related
* The Kwele
* The Mbede-Kota
* The Tsogho, Galwa, Aduma, Vuvi and Teke (Tsaayi)
* The Ngbaka, and Ngbandi Ngombe
* The Mbole, Yela, Metoko, Komo, Jong, Lengola and Kela
* The Lega and Bembe

THE FANG:

THE KWELE: they live on the northern border of the Republic of Congo, and have used a type of mask called Ekuk, they are flat masks, which have incised eyes, often a white face in a heart-shaped nose triangle-shaped eyes and coffee bean. these masks were hung in homes rarely worn during ceremonies, initiation Bwetes worship, their function was to conduct a village to enable forces are beneficial Bwetes capita.

THE KOTA: Living in the eastern part of Gabon, on the border with the Republic of Congo, Kota, include a number of tribes, such as Mahongwe the Sango, the Obamba, and Shamay, who practice the same rituals and shared cultural traits. They probably migrated southward during the 18th, and now live in the valley of the river, Ogonoué in a forest environment. from their economic resources, sutout hunting and agriculture. Kota the past, had the habit of leaving their dead exposed to the elements in the forest. Under the influence of neighboring tribes, they began to bury their cefs and keep their bones (mainly the skull) to place them with

See the continuation... ]

XXV ème Biennale des Antiquaires, du 15 au 22 Septembre 2010, Grand Palais-Paris

LES INCONTOURNABLES :
Galerie Christian Deydier
30 rue de Seine , 75006 Paris
www.deydier.com
Stand P14
Exceptionnel cheval de Ferghana
Chine, Dynastie Tang (618/907)
terre cuite émaillée trois couleurs
H: 68cm; L: 76.3cm

Phoenix Ancien ART
6 rue Verdaine, CH 1204 Genève
www.phoenixancientart.com
Stand N33
Statue équestre d'Alexandre Le Grand
art grec hellénistique III-II Avt J-C
Bronze
49cm


L&M Arts
45 East 78th Street- New-York 10075
www.lmgallery.com
Stand S07
Willem de Kooning
The Women (study for clamdigger) 1961-62
oil on paper
58.4/72.4cm


Galerie Bernard Dulon
10 rue Jacques Callot - Paris 7e
www.expertiseartafricain.com
Stand N03
Figure de reliquaire Kota (Gabon)
XIX
69cm
Ancienne collection lhote


Galerie Anne Monin
27 quai Voltaire - Paris 7e
www.galeriemonin.com
Stand S22
Vase couvert ou navette en porphyre
Silvio Calci
Noir antique dit serpentin noir
Rome milieu du XVII
H: 25cm, L: 58cm; P: 38cm
See the continuation... ]

XXV ème Biennale des Antiquaires, du 15 au 22 Septembre 2010, Grand Palais-Paris

LES INCONTOURNABLES :
Galerie Christian Deydier
30 rue de Seine , 75006 Paris
www.deydier.com
Stand P14
Exceptionnel cheval de Ferghana
Chine, Dynastie Tang (618/907)
terre cuite émaillée trois couleurs
H: 68cm; L: 76.3cm

Phoenix Ancien ART
6 rue Verdaine, CH 1204 Genève
www.phoenixancientart.com
Stand N33
Statue équestre d'Alexandre Le Grand
art grec hellénistique III-II Avt J-C
Bronze
49cm


L&M Arts
45 East 78th Street- New-York 10075
www.lmgallery.com
Stand S07
Willem de Kooning
The Women (study for clamdigger) 1961-62
oil on paper
58.4/72.4cm


Galerie Bernard Dulon
10 rue Jacques Callot - Paris 7e
www.expertiseartafricain.com
Stand N03
Figure de reliquaire Kota (Gabon)
XIX
69cm
Ancienne collection lhote


Galerie Anne Monin
27 quai Voltaire - Paris 7e
www.galeriemonin.com
Stand S22
Vase couvert ou navette en porphyre
Silvio Calci
Noir antique dit serpentin noir
Rome milieu du XVII
H: 25cm, L: 58cm; P: 38cm





See the continuation... ]

STRENGTH AND MEASUREMENT

The discovery of "primitive art": an art of strength
Shapes and shape functions
Deities and ancestors
The living wood

Force and Measurement

Develop an aesthetic of black Africa is seen as a risky business in many ways. Is it legitimate to isolate these objects, that today we call art, the general framework of their relations and their cultural constraints? Can we submit to a test that has never existed in the minds of their creators? And can we finally see in this art - if we 'take on this term - a uniform phenomenon, despite the wide variety of both regional and local styles we offer this huge continent, following lengthy Historical developments often poorly understood? Finally, remember that this approach excludes large regions, including Africa white, that is to say the Mediterranean area with its ancient history, the eastern and southern Africa whose pastoral peoples have given rise to cultures almost without images, and finally these hunting societies, which, even in our time have not passed the stage of evolution of prehistoric rock paintings which are the main evidence of an artistic production that appears at various points the continent. Similarly, we must exclude from our contribution to the aesthetics of black African art the old feudal societies, including Benin. Our discussion is therefore limited to large areas farmers, the true cradle of

See the continuation... ]

African art

African art constitutes one of the most diverse legacies on earth. Though many casual observers tend to generalize "traditional" African art, the continent is full of peoples, societies, and civilizations, each with a unique visual special culture. The definition also includes the art of the African Diasporas, such as the art of African Americans. Despite this diversity, there are some unifying artistic themes when considering the totality of the visual culture from the continent of Africa.

    * Emphasis on the human figure: The human figure has always been a the primary subject matter for most African art, and this emphasis even influenced certain European traditions. For example in the fifteenth century Portugal traded with the Sapi culture near the Ivory Coast in West Africa, who created elaborate ivory saltcellars that were hybrids of African and European designs, most notably in the addition of the human figure (the human figure typically did not appear in Portuguese saltcellars). The human figure may symbolize the living or the dead, may reference chiefs, dancers, or various trades such as drummers or hunters, or even may be an anthropomorphic representation of a god or have other votive function. Another common theme is the inter-morphosis of human and animal.

Yoruba bronze head sculpture, Ife, Nigeria c. 12th century A.D.

    * Visual abstraction: African artworks tend to favor visual abstraction over naturalistic representation. This is because many African artworks generalize stylistic norms. Ancient Egyptian art, also usually thought of as naturalistically depictive, makes use of highly abstracted and regimented visual canons, especially in painting, as well as the use of different colors to represent the qualities and characteristics of an individual being depicted.

    * Emphasis on sculpture: African artists
See the continuation... ]

Listed injured


Repair in Africa

Repair, mend, strengthen, seal ... Listed blessésaborde unexplored subject of compensation by local indigenous people. This publication opens a new perspective on African objects, and features 120 "objects wounded" among the 500 selected objects repaired Musée du Quai Branly. The catalog offers many points of view because every culture that gives the repair of objects, rituals or customary, a different form and meaning.

But he also wondered about the poetic nature of the restoration. In this supplement almost mystical power of life and that the gesture of the man gives the object, it seems permanently removed from the ephemeral. In addition, repair is a mark of authenticity, if indeed we do not seek to falsify it.

The first section defines the meaning of the word "reparation" in French as well as in a number of African languages. Are then highlighted the differences between repair and restoration. Finally ethnological thinking is the act of reparation in the complex life of the object.

The second part explores the meaning of compensation for the three main religions in the continent: animism, Islam and Christianity.

The third part raises a more analytical, the question of compensation for three different cultures: Maghreb, Dogon, Gabon.

The final text shows the importance of the concepts of tear and repair in contemporary Western art.
Description

96 pages

See the continuation... ]

Nok (civilisation)

La civilisation Nok apparaît au Nigeria 1000 ans avant J.C. et s'éteint mystérieusement à la fin du premier millénaire. On suppose que sa disparition est due à une épidémie ou une famine dévastatrice. Elle apparaît aujourd'hui avoir été une civilisation très avancée tant sur le plan de son organisation sociale que de son raffinement à une époque où le reste de l'Afrique méridionale entre dans l'ère néolithique (l'âge de pierre lorsque chasseurs et cultivateurs ne pouvaient s'aider que d'outils lithiques). On a, à l'occasion, parlé d'une descendance immédiate avec l'Egypte ancienne, ce qui expliquerait une partie de la maturité de cette civilisation, considérée comme la plus ancienne productrice de terres cuites d'Afrique subsaharienne.

Les pièces d'art que le temps nous a conservées, à travers de fastueuses terres cuites, expriment l'avance technologique de potiers maitrisant l'art du feu et de la cuisson ainsi que la grande qualité des sculpteurs et artistes. Les sujets de leurs représentations sont principalement des dignitaires, des animaux, des reliquaires, conservés pour la plupart des pièces, sous forme de fragments épars. C'est pourquoi l'art Nok n'est principalement connu aujourd'hui qu'à travers des têtes de personnages aussi bien masculins que féminins dont les coiffures sont particulièrement détaillées et raffinées. La raison de ces fragments de statues en est que la découverte de ces terres cuites se fait
See the continuation... ]

FORCE ET MESURE

Elaborer une esthétique de l'Afrique noire apparaît comme une entreprise hasardeuse à bien des égards. Est-il légitime d'isoler ces objets, qu'aujourd'hui nous qualifions d'œuvres d'art, du cadre général de leurs relations et de leurs contraintes culturelles ? Peut-on les soumettre à un critère qui n'a jamais existé dans la pensée de leurs créateurs ? Et peut-on, enfin, voir dans cet art - si l'on s' en tient à ce terme - un phénomène uniforme, malgré la grande variété de styles tant régionaux que locaux que nous offre cet énorme continent, à la suite de longues évolutions historiques souvent mal connues ? Enfin, n'oublions pas que cette approche exclut de vastes régions, notamment l' Afrique blanche, c' est à dire la zone méditerranéenne avec son histoire millénaire ; l'Afrique orientale et méridionale dont les peuples de pasteurs ont donné naissance à des cultures pratiquement sans images ; et enfin ces sociétés de chasseurs, qui, encore à notre époque, n'ont pas dépassé le stade d'évolution de la préhistoire et dont les peintures rupestres constituent le principal témoignage d'une production artistique qui apparaît en divers points du continent. De même, il nous faut exclure de notre contribution à une esthétique de l'art d'Afrique noire les anciennes sociétés féodales, notamment le Bénin. Notre réflexion se borne donc aux vastes régions paysannes, véritable berceau de la sculpture sur bois.

See the continuation... ]

Jean Paul Barbier-Mueller est un collectionneur suisse, né à Genève en 1930.

Biographie

Il a subi l’influence d’un père que tout passionnait : la poésie, la philosophie, la musique (une des ses oeuvres fut créée à Seattle en 1985) ou la science (il obtint son doctorat en biologie à l’âge de 47 ans).

Après des études de droit à Genève et à Londres, il s’inscrit au Barreau, mais se retrouve assez rapidement au service d’une grande banque, puis directeur, à 28 ans, d’une société financière. En 1960, il crée sa propre entreprise, la Société privée de gérance, spécialisée dans la gestion du parc locatif immobilier d’investisseurs institutionnels et la construction d’immeubles à caractère social.

Collectionneur à la suite de son beau-père Josef Mueller, il s’oriente vers les arts « non occidentaux ». Avec sa femme Monique, il crée en 1977 le musée Barbier-Mueller, qui organise plus de soixante-quinze expositions, la plupart accompagnées d'importants catalogues, présentant les différentes sections de la collection familiale, avec la collaboration des plus grands musées d’Europe, d’Amérique et d’Asie. Il conduit lui-même ou finance des recherches à Sumatra, en Côte

See the continuation... ]

Pages 1 2
Search
Translations
Menu
Newsletter
Links
Publicités