By continuing your visit to this site , you accept the use of cookies to provide content and services best suited to your interests.
 GALERIE ART PREMIER AFRICAIN GALERIE ART PRIMITIF AFRICAIN AFRICAN ART GALLERY

GALERIE ART PREMIER AFRICAIN GALERIE ART PRIMITIF AFRICAIN AFRICAN ART GALLERY

Art Gallery the Eye and the Hand
Situation : Welcome » Result of the research
Result of the research Result of the research : 'expositions'

Vassily Kandinsky (Vassili Vassilievitch Kandinski, en russe : Василий Васильевич Кандинский) est un peintre russe et un théoricien de l’art né à Moscou le 4 décembre 1866 et mort à Neuilly-sur-Seine le 13 décembre 1944.

Considéré comme l’un des artistes les plus importants du XXe siècle aux côtés notamment de Picasso et de Matisse, il est le fondateur de l'art abstrait : il est généralement considéré comme étant l’auteur de la première œuvre non figurative de l’histoire de l’art moderne, une aquarelle de 1910 qui sera dite "abstraite". Certains historiens ou critiques d'art ont soupçonné Kandinsky d'avoir antidaté cette aquarelle pour s'assurer la paternité de l'abstraction sous prétexte qu'elle ressemble à une esquisse de sa Composition VII de 1913[réf. souhaitée].

Kandinsky est né à Moscou mais il passe son enfance à Odessa. Il s'inscrit à l’Université de Moscou et choisit le droit et l’économie. Il décide de commencer des études de peinture (dessin d’après modèle, croquis et anatomie) à l’âge de 30 ans.

En 1896 il s’installe à Munich où il étudie à l’Académie des Beaux-Arts. Il retourne à Moscou en 1918 après la révolution russe. En conflit avec les théories officielles de l’art, il retourne en Allemagne en 1921. Il y enseigne au Bauhaus à partir de 1922

See the continuation... ]

Qu’est-ce que les « arts premiers » ?
Expertise
jeudi 24 août 2006, par Nélia Dias

Source du document : Sciences Humaines
Auteur : Nélia Dias
Descriptif :

Sciences Humaines est un magazine de vulgarisation scientifique spécialisé dans les sciences de l’homme et de la société, qui existe depuis 1991.

Si la notion d’« arts premiers » n’est pas inscrite aujourd’hui au fronton du musée du Quai-Branly, c’est que de « premier » à « primitif », il n’y avait qu’un mauvais pas à franchir. Or un « musée des cultures du monde » ne peut plus être celui d’un regard colonial dépassé (Hors-Série n°3 de Sciences Humaines, juin 2006)
Nélia Dias est Professeur à l’Institut des sciences du travail et de l’entreprise de Lisbonne, elle a publié notamment « Ethnographie, arts et arts premiers : la question des désignations » (in collectif, Les Arts premiers, fondation Calouste-Gulbenkian, 2003)

Depuis une dizaine d'années, on assiste en France à un engouement nouveau mais controversé pour les « arts premiers », qui se manifeste dans les sphères de la presse, de l'édition, sur les rayons des librairies de musées, comme au Louvre, dans les ventes aux enchères et les expositions [1] .

D'où vient cet intérêt récent pour les arts non occidentaux ? Que recouvre la désignation « arts premiers » ? Comment expliquer ce que l'historien de l'art Ernst Gombrich appelait une « préférence pour le primitif [2] [2]  » ? Entraîne-t-elle le rejet de quelque
See the continuation... ]

Qu’est-ce que les « arts premiers » ?
Expertise
jeudi 24 août 2006, par Nélia Dias

Source du document : Sciences Humaines
Auteur : Nélia Dias
Descriptif :

Sciences Humaines est un magazine de vulgarisation scientifique spécialisé dans les sciences de l’homme et de la société, qui existe depuis 1991.


Si la notion d’« arts premiers » n’est pas inscrite aujourd’hui au fronton du musée du Quai-Branly, c’est que de « premier » à « primitif », il n’y avait qu’un mauvais pas à franchir. Or un « musée des cultures du monde » ne peut plus être celui d’un regard colonial dépassé (Hors-Série n°3 de Sciences Humaines, juin 2006)
Nélia Dias est Professeur à l’Institut des sciences du travail et de l’entreprise de Lisbonne, elle a publié notamment « Ethnographie, arts et arts premiers : la question des désignations » (in collectif, Les Arts premiers, fondation Calouste-Gulbenkian, 2003)


Depuis une dizaine d'années, on assiste en France à un engouement nouveau mais controversé pour les « arts premiers », qui se manifeste dans les sphères de la presse, de l'édition, sur les rayons des librairies de musées, comme au Louvre, dans les ventes aux enchères et les expositions [1] .

D'où vient cet intérêt récent pour les arts non occidentaux ? Que recouvre la désignation « arts premiers » ? Comment expliquer ce que l'historien de l'art Ernst Gombrich appelait une « préférence pour le primitif [2] [2]  » ? Entraîne-t-elle le rejet de quelque alternative
See the continuation... ]


Image Georges-Henri Rivière

 

PARIS - JOSEPHINE BAKER - GEORGES-HENRI RIVIERE Joséphine Baker (1906-1975), artiste de music-hall et Georges-Henri Rivière (1897-1985), ethnographe français, au musée ethnographique du Trocadéro. Paris, juin 1933. LIP-6259-052

PARIS - JOSEPHINE BAKER - GEORGES-HENRI RIVIERE

Joséphine Baker (1906-1975), artiste de music-hall et Georges-Henri Rivière (1897-1985), ethnographe français, au musée ethnographique du Trocadéro. Paris, juin 1933. LIP-6259-052

Portrait de Thérèse Rivière © musée du quai Branly, photo Jacques Faublée
Portrait de Thérèse Rivière © musée du quai Branly, photo Jacques Faublée
Soeur de Georges-Henri

See the continuation... ]


Image Paul Klee
Paul Klee

Born     18 December 1879
Münchenbuchsee bei Bern, Switzerland
Died     29 June 1940 (aged 60)
Muralto, Switzerland
Nationality     German/Swiss
Training     Academy of Fine Arts, Munich
Works     more than 10,000 paintings, drawings, and etchings, including The Twittering Machine (1922), Fish Magic (1925), Viaducts Break Ranks (1937).

Paul Klee (18 December 1879 – 29 June 1940) was a Swiss painter of German nationality. His highly individual style was influenced by movements in art that included expressionism, cubism, and surrealism. He was, as well, a student of orientalism. Klee was a natural draftsman who experimented with and eventually mastered color theory, and wrote extensively about it. His works reflect his dry humor and his sometimes child-like perspective, his personal moods and beliefs, and his musicality. He and his friend, the Russian painter Wassily Kandinsky, both taught at the German Bauhaus school of art and architecture.

Early life and training
“     First of all, the art of living; then as my
See the continuation... ]

Georges Braque

Georges Braque (13 May 1882 – 31 August 1963) was a major 20th century French painter and sculptor who, along with Pablo Picasso, developed the art movement known as cubism.

Youth

Georges Braque was born in Argenteuil, Val-d'Oise. He grew up in Le Havre and trained to be a house painter and decorator, as his father and grandfather were, but he also studied painting in the evenings at the École des Beaux-Arts in Le Havre from about 1897 to 1899. He apprenticed in Paris under a decorator and was awarded his certificate in 1902. The following year, he attended the Académie Humbert, also in Paris, and painted there until 1904. It was here that he met Marie Laurencin and Francis Picabia.

Fauvism

His earliest works were impressionistic, but, after seeing the work exhibited by the Fauves in 1905, Braque adopted a Fauvist style. The Fauves, a group that included Henri Matisse and André Derain among others, used brilliant colors and loose structures of forms to capture the most intense emotional response. Braque worked most closely with the artists Raoul Dufy and Othon Friesz, who shared Braque's hometown of Le Havre, to develop a somewhat more subdued Fauvist style. In 1906, Braque traveled with Friesz to L'Estaque, to Antwerp, and home to Le Havre to paint.

In May 1907, he
See the continuation... ]

FORCE ET MESURE

Elaborer une esthétique de l'Afrique noire apparaît comme une entreprise hasardeuse à bien des égards. Est-il légitime d'isoler ces objets, qu'aujourd'hui nous qualifions d'œuvres d'art, du cadre général de leurs relations et de leurs contraintes culturelles ? Peut-on les soumettre à un critère qui n'a jamais existé dans la pensée de leurs créateurs ? Et peut-on, enfin, voir dans cet art - si l'on s' en tient à ce terme - un phénomène uniforme, malgré la grande variété de styles tant régionaux que locaux que nous offre cet énorme continent, à la suite de longues évolutions historiques souvent mal connues ? Enfin, n'oublions pas que cette approche exclut de vastes régions, notamment l' Afrique blanche, c' est à dire la zone méditerranéenne avec son histoire millénaire ; l'Afrique orientale et méridionale dont les peuples de pasteurs ont donné naissance à des cultures pratiquement sans images ; et enfin ces sociétés de chasseurs, qui, encore à notre époque, n'ont pas dépassé le stade d'évolution de la préhistoire et dont les peintures rupestres constituent le principal témoignage d'une production artistique qui apparaît en divers points du continent. De même, il nous faut exclure de notre contribution à une esthétique de l'art d'Afrique noire les anciennes sociétés féodales, notamment le Bénin. Notre réflexion se borne donc aux vastes régions paysannes, véritable berceau de la sculpture sur bois.

See the continuation... ]

Henri Matisse

Photo of Henri Matisse by Carl Van Vechten, 1933.
Birth name     Henri-Émile-Benoît Matisse
Born     31 December 1869 (1869-12-31)
Le Cateau-Cambrésis, Nord-Pas-de-Calais
Died     3 November 1954 (1954-11-04) (aged 84)
Nice, France
Nationality     French
Field     painting, printmaking, sculpture, drawing, collage
Training     Académie Julian, William-Adolphe Bouguereau, Gustave Moreau
Movement     Fauvism, Modernism
Works     Woman with a Hat (Madame Matisse), 1905

in museums:

    * Museum of Modern Art

Patrons     Gertrude Stein, Etta Cone, Claribel Cone, Michael and Sarah Stein, Albert C.
See the continuation... ]


Image André Breton
André Breton

André Breton (February 19, 1896 – September 28, 1966) was a French writer, poet, and surrealist theorist, and is best known as the principal founder of Surrealism. His writings include the Surrealist Manifesto of 1924, in which he defined surrealism as "pure psychic automatism".

Biography

Born to a family of modest means in Tinchebray (Orne) in Normandy, he studied medicine and psychiatry. During World War I he worked in a neurological ward in Nantes, where he met the spiritual son of Alfred Jarry, Jacques Vaché, whose anti-social attitude and disdain for established artistic tradition influenced Breton considerably. Vaché committed suicide at age 24 and his war-time letters to Breton and others were published in a volume entitled Lettres de guerre (1919), for which Breton wrote four introductory essays.

From Dada to Surrealism

In 1919 Breton founded the review Littérature with Louis Aragon and Philippe Soupault. He also connected with Dadaist Tristan Tzara. In 1924 he was instrumental to the founding of the Bureau of Surrealist Research.

In The Magnetic Fields (Les Champs Magnétiques), a collaboration with Soupault, he put the principle of automatic writing into practice. He published the Surrealist Manifesto in 1924, and was editor of La
See the continuation... ]


Image André Derain and the fauvisme movement
André Derain

Born     10 June 1880(1880-06-10)
Chatou, Yvelines,
Île-de-France
Died     8 September 1954 (aged 74)
Garches, Hauts-de-Seine, Île-de-France

André Derain (10 June 1880 – 8 September 1954) was a French painter and co-founder of Fauvism with Henri Matisse.

Biography

Derain was born in 1880 in Chatou, Yvelines, Île-de-France, just outside Paris. In 1898, while studying to be an engineer at the Académie Camillo, he attended painting classes under Eugène Carrière, and there met Matisse. In 1900, he met and shared a studio with Maurice de Vlaminck and began to paint his first landscapes. His studies were interrupted from 1901 to 1904 when he was conscripted into the French army. Following his release from service, Matisse persuaded Derain's parents to allow him to abandon his engineering career and devote himself solely to painting; subsequently Derain attended the Académie Julian.

Derain and Matisse worked together through the summer of 1905 in the Mediterranean village of Collioure and later that year displayed their highly
See the continuation... ]


Image Paul Guillaume
From humble beginnings, Paul Guillaume (1891–1934) rose to become one of the leading cultural players and art dealer-collectors of Paris in the early twentieth century. Guillaume died at the age of forty-two, by which time he had amassed an outstanding private collection of works by leading modernists. Unlike many art collectors of the time, Guillaume did not come from a wealthy and cultivated background, nor was he only interested in simply supplying works of art for customer demand like other art dealers. He also actively promoted certain aspects of the artistic and cultural life of Paris, providing moral and material support to artists, and interpreting the art of his time for his contemporaries. This approach, while not uncommon today, was innovative at the time and had previously been attempted by only a few courageous dealer-collectors in Paris, such as Paul Durand-Ruel and Ambroise Vollard. Guillaume was celebrated by the artists whom he supported; for instance in Modigliani's portrait the words Novo Pilota, or ‘new helmsman’, identify the sitter as being at the forefront of modern art.

Guillaume's premature death prevented his dream – of transforming his private collection to a museum of modern art – from being realised. After his death Domenica, his widow and heir, remarried and modified the existing collection, selling some of the more extreme avant-garde works (and later his collection of African art and modern sculpture) and acquiring works of a more conservative character. Domenica's concern to promote harmony among the works in the Guillaume collection made her edited version of the collection all the more typically a capsule of Parisian taste in the 1920s. Before he died, Paul Guillaume had resolved to give his collection to the Louvre. Domenica, a lover of Impressionist art (Monet's
See the continuation... ]

Jean Paul Barbier-Mueller est un collectionneur suisse, né à Genève en 1930.

Biographie

Il a subi l’influence d’un père que tout passionnait : la poésie, la philosophie, la musique (une des ses oeuvres fut créée à Seattle en 1985) ou la science (il obtint son doctorat en biologie à l’âge de 47 ans).

Après des études de droit à Genève et à Londres, il s’inscrit au Barreau, mais se retrouve assez rapidement au service d’une grande banque, puis directeur, à 28 ans, d’une société financière. En 1960, il crée sa propre entreprise, la Société privée de gérance, spécialisée dans la gestion du parc locatif immobilier d’investisseurs institutionnels et la construction d’immeubles à caractère social.

Collectionneur à la suite de son beau-père Josef Mueller, il s’oriente vers les arts « non occidentaux ». Avec sa femme Monique, il crée en 1977 le musée Barbier-Mueller, qui organise plus de soixante-quinze expositions, la plupart accompagnées d'importants catalogues, présentant les différentes sections de la collection familiale, avec la collaboration des plus grands musées d’Europe, d’Amérique et d’Asie. Il conduit lui-même ou finance des recherches à Sumatra, en Côte

See the continuation... ]

Art

Art

Art is the process or product of deliberately arranging elements in a way that appeals to the senses or emotions. It encompasses a diverse range of human activities, creations, and modes of expression, including music and literature. The meaning of art is explored in a branch of philosophy known as aesthetics.

The definition and evaluation of art has become especially problematic since the early 20th century. Richard Wollheim distinguishes three approaches: the Realist, whereby aesthetic quality is an absolute value independent of any human view; the Objectivist, whereby it is also an absolute value, but is dependent on general human experience; and the Relativist position, whereby it is not an absolute value, but depends on, and varies with, the human experience of different humans. An object may be characterized by the intentions, or lack thereof, of its creator, regardless of its apparent purpose. A cup, which ostensibly can be used as a container, may be considered art if intended solely as an ornament, while a painting may be deemed craft if mass-produced.

Traditionally, the term art was used to refer to any skill or mastery. This conception changed during the Romantic period, when art came to be seen as "a special faculty of the human mind to be classified with religion and science". Generally, art is made with the intention of stimulating thoughts and emotions.

The nature of art has been described by Richard Wollheim as "one of the most elusive of the traditional problems of human culture". It has been defined
See the continuation... ]


DE L'ART ANCIEN AFRICAIN, DE L'ETHNOLOGIE ET DU MUSEE: POUR UN RECENTREMENT DE L'ESTHETIQUE...


Au commencement était la nuit. Une longue nuit pour l'esthétique africaine. Ce fut le règne sans partage du musée dit «de séries», véritable vitrine du colonialisme, de confession évolutionniste et dont l'approche contextualiste célébrait l'Etrange, chantait l'Aventure et la Science. A cette époque point d'« objets », que des curiosités, trésors de guerre et pièces de laboratoires de chevronnés « Civilisateurs ». Il n'était pas rare alors, de voir des sculptures côtoyer dans les vitrines : cornes, peaux de bêtes et autres feuilles de palmier. Puis, il y eut le regard affûté d'une jeune génération d'artistes particulièrement douée et par ailleurs cruellement blasée, en quête de médecine pour un art européen las de son académisme figé. Cette génération vit dans ce fouillis les moyens d'une rédemption...

Une certaine révolution est venue corriger l'évidente injustice, consacrant depuis le siècle dernier des expositions à caractère esthétique pour la production africaine. Désormais, les objets, dans une dramaturgie suggérée par les seules qualités plastiques, invitent à un rapport nouveau. Exit la surabondance, la cacophonie et le "meurtre du vrai" que génère la tentative bancale de reconstitution de l'ailleurs fantasmé. Ici on ne rejoue pas le film de l'heureuse rencontre avortée entre "civilisés" et "primitifs". Nous avons les vrais Stars que sont les objets, mais d'une

See the continuation... ]


Association fondée le 15 février 1931 par Georges Vantongerloo et Auguste Herbin, qui a publié de 1932 à 1936 la revue Abstraction-Création (cinq numéros). De nombreux artistes européens actifs dans le champ de l’abstraction y ont collaboré. L’association (de plus de 400 membres européens et américains) a organisé les conférences et les expositions de tous ceux qui, en renonçant à la représentation de l’objet, « retrouvent la parole et la liberté créatrice ». Cette association, préparée par le groupe Cercle et Carré et par l’Art Concret de Théo Van Doesburg, a fait de Paris un pôle de création important dans le domaine de l’abstraction. Par exemple, les artistes Arp, Albert Gleizes, Piet Mondrian ont collaboré à l’association Abstraction-Création.


african art / art africain / primitive art / art primitif / arts premiers / art gallery / art tribal / tribal art / l'oeil et la main / galerie d'art premier / Paris / masques africains / mask /Agalom / Armand Auxiètre / www.african-paris.com / www.agalom.com
See the continuation... ]


Image Armand Auxiètre

Armand Auxiètre always bathed in the universe of the collection. His grandfather and his father before him constituted, progressively time and discoveries, a collection of many and varied objects, from the old books to the objects coming from all the parts of Africa. Since he was young, Armand evolves in a particular universe, in which he educates his glance naturally. After having passed several diplomas of cabinet-making, he passed successfully its diploma of trade at the Ecole Boulle, and develops its knowledge in African art in parallel. The attraction between the african sculpture and Armand Auxiètre is initially plastic, immediate, obvious. A love was born, which will be developed with the wire of the meetings, discovered and the readings. Soon pleasure of being surrounded by works of art becoming too large to resist the urge to share this passion, Armand takes again the old bookshop of his grandmother, and perpetuates the family presence initiated in the Fifties at the 41 rue de Verneuil, by creating the gallery " L' Oeil et la Main". The name of the gallery is a tribute to the work of the artists, most of the time anonymous in the traditional african art, which creates and gives life to the material with their glance and their hands. Temporary exhibitions are regularly organized and offer the occasion to propose to the amateurs, experts or not, works of art answering to an unceasingly reactualized set of themes. Located in the historical Paris, in an old charm building, Armand Auxiètre's gallery presents a selection of works of a plastic high-quality, which are good to contemplate lengthily.



african art / art africain / primitive art / art primitif / arts premiers / art gallery / art tribal / tribal art / l'oeil et la main / galerie d'art premier / Agalom / Armand Auxiètre / www.african-paris.com /
See the continuation... ]


Image The gallery

The art gallery L'Oeil et la Main, located in Paris, is essentially devoted to the primitive arts. To come at the gallery, an access mapis available. If you wish to receive informations about the coming exhibitions, please leave us your email adress in the category subscription to the newsletter.


Opening hours of the gallery:

From Wednesday to Saturday

2pm - 7pm


To visualize a panorama of the gallery, click here.


For any information about a work of art :
Tel. : +33 (0)1 42 61 54 10

Métro: line 12 (Rue du Bac ou Solférino station), line 1 (Palais Royal musée du Louvre station)

Public parking:

Orsay museum, 8 quai Anatole France 75007

Bac-Montalembert, 9 rue de Montalembert 75007




african art / art africain / primitive art / art primitif / arts premiers / art gallery / art tribal / tribal art / Afrique / Africa / l'oeil et la main / galerie d'art premier / achat / vente / expertise / expert / exposition / exhibition / collection / collectionneur / Paris / oeuvre / Verneuil / antiquités / antiquaire / musée / museum / masque / mask / statue / sculpture / Agalom / Armand Auxiètre / www.african-paris.com /
See the continuation... ]

Association fondée le 15 février 1931 par Georges Vantongerloo et Auguste Herbin, qui a publié de 1932 à 1936 la revue Abstraction-Création (cinq numéros). De nombreux artistes européens actifs dans le champ de l’abstraction y ont collaboré. L’association (de plus de 400 membres européens et américains) a organisé les conférences et les expositions de tous ceux qui, en renonçant à la représentation de l’objet, « retrouvent la parole et la liberté créatrice ». Cette association, préparée par le groupe Cercle et Carré et par l’Art Concret de Théo Van Doesburg, a fait de Paris un pôle de création important dans le domaine de l’abstraction. Par exemple, les artistes Arp, Albert Gleizes, Piet Mondrian ont collaboré à l’association Abstraction-Création.
See the continuation... ]


Martine Pinard
Ecole du Louvre
Spécialité Arts de l'Afrique
Janvier 2008

" L'Art nègre ? Connais pas  " ! Picasso, 1920

I. Préambule

Au début du XXème siècle et plus précisément vers les années 1905-1907, des peintres commencèrent à collectionner des sculptures d'Afrique et d'Océanie. Qui sont ces collectionneurs de ce qu'on a appelé l' " art nègre " (terme qu'il faudra définir) ; comment, dans quel contexte, ont eu lieu les premières acquisitions ?
Cette première question en induit naturellement une autre : s'il y eut un engouement de prime abord (semble-t-il) " artistique ", qui étaient les premiers collectionneurs-marchands, nécessairement devaient être présents dans le circuit de ces acquisitions ?
Enfin, de manière plus générale, le dossier soulève en toile de fond, la question du changement de regard pour l'art africain et plus généralement l'art des " Autres " sous l'angle de l'impact de cet engouement du début du XX ème siècle. Peut-on esquisser une " trajectoire "
See the continuation... ]

Sarah Lagrevol
Ecole du Louvre
Spécialité Arts de l'Afrique

INTRODUCTION
    
    L'Ethiopie, vaste pays mentionné dès le Ier siècle dans le récit grec Le périple de la Mer Erythrée, suscite un engouement particulier de la part des Européens.  Cette Ethiopie rêvée continue au Moyen Age avec le mythe du royaume du Prêtre jean.  
Depuis la conversion du pays au IVe siècle de notre ère, le monde chrétien est omniprésent et accompagne les fidèles dans leur vie quotidienne. Le symbole de la croix, marque distinctive des dévots et image de rédemption, est présent sur tous types de supports (peinture, sculpture, décor architectural, objet façonné…) et de nombreuses interprétations lui sont attachées. Ces croix participent aussi par la bénédiction et les pratiques d'exorcisme à protéger les fidèles et à les soigner spirituellement. Les différents types de médecines pratiquées donnent également lieu à la production de rouleaux aux vertus " magiques " qui chassent ou apaisent les esprits habitant le patient.

    De par l'étude de la
See the continuation... ]

Pages 1 2 3 4 5 6
Search
Translations
Menu
Newsletter
Links
Publicités