By continuing your visit to this site , you accept the use of cookies to provide content and services best suited to your interests.
 GALERIE ART PREMIER AFRICAIN GALERIE ART PRIMITIF AFRICAIN AFRICAN ART GALLERY

GALERIE ART PREMIER AFRICAIN GALERIE ART PRIMITIF AFRICAIN AFRICAN ART GALLERY

Art Gallery the Eye and the Hand
Situation : Welcome » Result of the research
Result of the research Result of the research : 'rêves'

 
 
Pol Pierre Gossiaux
 
Titulaire de la Chaire
d’Anthropologie des systèmes symboliques
et d’Ethnosémiologie de l’Art africain
Université de Liège (Belgium)
 
PP.Gossiaux@ulg.ac.be
 
 
 
 
 
Le Bwame  du Léopard
des
Babembe  (Kivu-Congo)
 
Rituel initiatique et rituel funéraire
 
Avec 52 illustrations
 
 
 
 
 
 
 
          2
     
 
 
 
Table des matières (1ère partie)
 
 
 
 
 
Avant dire. Présentation du Bwamè                                    
 
 
3
Fondements de l’anthropologie
et de l’ethnosémiologie bembe
 
10
Exorciser l’animal
 
Fondements du savoir bembe
 
 
15
Les animaux et la titulature du Bwamè
       
See the continuation... ]


Image Nell'Affrica Italiana: Impressioni e ricordi di Ferdinando Martini
MARTINI Ferdinando
Nell'Affrica Italiana: Impressioni e ricordi di Ferdinando Martini
 
Dettagli sul prodotto:
Casa Editrice: Fratelli Treves Editori, Milano.
Rilegato, Pagine: 300, dimensione cm 19 x 13, n°2 carte geografiche allegate, Anno: 1891
 
Descrizione:
Descrizione generale ed illustrata della Colonia Eritrea, scritta da Ferdinando Martini (futuro ministro della Pubblica Istruzione) [1841-1928] in occasione della visita della Regia Commissione d'inchiesta (1891), di cui l'autore era Vice Commissario. E' la prima volta che la Colonia viene descritta minuziosamente con immagini ad un anno appena dalla sua costituzione (la prima edizione illustrata venne stampata 4 anni dopo questa edizione normale). Il volume è considerato ancora oggi notevole dal punto di vista letterario. L'edizione illustrata è abbastanza rara poichè assai costosa e stampata in poche copie. Copertina e carta geografica a colori. Contiene numerose illustrazioni tratte da
See the continuation... ]


Image Rêves de beauté - Sculptures africaines de la collection Blanpain
DE GRUNNE Bernard
 
Rêves de beauté - Sculptures africaines de la collection Blanpain
 
 
Détails sur le produit:
Relié: 166 pages, 28.8 x 24 cm - 95 colour plates, 3 stylistic maps, bibliografie.
Editeur: Cinq Continents - Milano (28 octobre 2005) 
Collection: ARTS 1ERS - Langue: Français 
ISBN-10: 887439280X - ISBN-13:
See the continuation... ]

 
L’Afrique fantôme de Michel Leiris
" L’Afrique fantôme " de Michel Leiris
   

Du 31 mai 1931 au 16 février 1933, l’écrivain français Michel Leiris a traversé l’Afrique. Partant de Dakar, ses recherches ethnographiques ont guidé ses pas jusqu’à l’Ethiopie. Presque deux ans à arpenter le continent, à en devenir familier et même intime.
Deux ans pour achever son détachement des préjugés et des valeurs de l’Europe, et sa pénétration des vérités africaines. "De fil en aiguille, et à mesure que je m’accoutumais à ce milieu nouveau, je cessai de regarder les Africains sous l’angle de l’exotisme, finissant par être plus attentif à ce qui les rapprochait des hommes des autres pays qu’aux traits culturels plus ou moins pittoresques qui les en différenciaient. "

De ce voyage impossible au coeur de ce qui était alors partagé entre les empires coloniaux français et britannique, Michel Leiris a gardé une trace précise : son journal, composé soigneusement au jour le jour, notant les événements, petits et grands, les recherches, les surprises, les ennuis aussi, ou les rêves, joyeux ou tristes, mystérieux parfois. Le style de l’écrivain fait merveille dans la dissection précise du monde, si étrange et neuf qu’il puisse être. D’où un sentiment de haute lucidité, même si certaines notations, au début du voyage surtout, trahissent

See the continuation... ]

L'ART DES BAOULES
par Suzanne VOGEL

Les artistes baoulé de Côte d'Ivoire ont créé des objets d'une esthétique quasiment inégalée dans l'art africain traditionnel, que ce soit par leur raffinement, leur diversité, leur profusion et la somme de travail qu'ils représentent. Les masques et les statuettes des Baoulés, ont suscité l'engouement des Occidentaux dès leur découverte et ils sont considérés comme l'une des réussites les plus achevées de l'art africain, c'est pourquoi ces sculptures occupent toujours une place prépondérante dans toute exposition ou étude consacrée à l'Afrique. Pourtant, aussi importante que soit leur renommée en Occident, il n'a jamais été facile pour quiconque de voir les représentations de cet art sur les lieux mêmes de sa création, dans les villages baoulé. L'art baoulé est loin de se limiter aux masques relativement naturalistes et aux figures humaines taillées dans le bois, il comprend également une grande variété d'ouvrages en ivoire, en bronze et en or : de grands masques-heaumes représentant des animaux agressifs ou des figures simiesques, et divers objets offrant des myriades de motifs sculptés: des portes, des chaises et des tabourets, des tam-tams, des cuillères, des bâtons, des peignes, des éventails, des frondes, des bols et des assiettes, des poids, etc. Il faut également mentionner des poteries, des bijoux et des tissus, ornés de petites figures humaines ou animales. De manière paradoxale, dans l'ethnie baoulé, seul un nombre limité d'individus ont eu le privilège, toujours potentiellement dangereux, de pouvoir regarder une œuvre d'art, dans le passé comme dans le présent. Un simple coup

See the continuation... ]

L'ART DES BAOULES
par Suzanne VOGEL

Les artistes baoulé de Côte d'Ivoire ont créé des objets d'une esthétique quasiment inégalée dans l'art africain traditionnel, que ce soit par leur raffinement, leur diversité, leur profusion et la somme de travail qu'ils représentent. Les masques et les statuettes des Baoulés, ont suscité l'engouement des Occidentaux dès leur découverte et ils sont considérés comme l'une des réussites les plus achevées de l'art africain, c'est pourquoi ces sculptures occupent toujours une place prépondérante dans toute exposition ou étude consacrée à l'Afrique. Pourtant, aussi importante que soit leur renommée en Occident, il n'a jamais été facile pour quiconque de voir les représentations de cet art sur les lieux mêmes de sa création, dans les villages baoulé.
L'art baoulé est loin de se limiter aux masques relativement naturalistes et aux figures humaines taillées dans le bois, il comprend également une grande variété d'ouvrages en ivoire, en bronze et en or : de grands masques-heaumes représentant des animaux agressifs ou des figures simiesques, et divers objets offrant des myriades de motifs sculptés: des portes, des chaises et des tabourets, des tam-tams, des cuillères, des bâtons, des peignes, des éventails, des frondes, des bols et des assiettes, des poids, etc. Il faut également mentionner des poteries, des bijoux et des tissus, ornés de petites figures humaines ou animales.
De manière paradoxale, dans l'ethnie baoulé, seul un nombre limité d'individus ont eu le privilège, toujours potentiellement dangereux, de pouvoir regarder une

See the continuation... ]


VIE ET MORT DES OBJETS DE SURFACE

" Ce que les Noirs adorent, ce n'est pas la pierre, l'arbre, la rivière,
mais l'esprit qu'ils croient y résider. "
(J. THEILHARD DE CHARDIN La Guinée supérieure et ses missions)

Vie des objets de surface

Les objets rituels, masques, statues, mobilier, utilisés en surf ace, jouent dans la société africaine traditionnelle, m rôle bien plus important que les objets funéraires, destinés à'être enterrés. Il faut leur adjoindre une petite quantité de pièces au double emploi (parures, mobilier sacré) qui accompagnent le mort dans sa tombe, comme à Igbo-Ukwu au Nigeria, ou certains objets funéraires trouvés fortuitement et réutilisés en surface, comme chez les Kissi en Guinée, ceux de la culture nok ou de celle d'Owo au Nigeria.

En Afrique, les esprits sont partout présents. Un homme devient souvent plus important après sa mort que pendant sa vie. Les signes de surface fonctionnent par ensembles et sous-ensembles, dans un rapport étroit entre le rôle qu'ils jouent et celui de leurs manipulateurs ; il existe des objets collectifs (souvent les masques), semi-collectifs (de nouveau les masques et une petite partie de la statuaire) et ceux
See the continuation... ]

                          
L’ARTISTE AFRICAIN

" Pour le sculpteur noir, le meilleur masque, dit-on, est le plus efficace ;
d'où vient son efficacité, sinon de la plénitude de son style ? "
A. MALRAUX

L'artiste africain, pour nous, est resté longtemps anonyme. Et pourtant, il joue un rôle essentiel entre le visible et l'invisible ; il participe à la cohésion et à l'évolution de son propre groupe culturel ; éventuellement, à travers sa création, il peut toucher des communautés voisines.

FORMATION

En Afrique, dès l'enfance, il existe une éducation collective par "classes d'âge". Après les toutes premières années, au moment du passage de l'adolescence à l'âge adulte, (excision, circoncision), donc à la séparation des sexes, le jeune homme -car en Afrique, c'est uniquement l'homme qui peut devenir artiste- sera en principe dirigé par les sages, selon ses dons, vers différents secteurs de la vie sociale : la chasse, la parole, le chant ou la musique, la sculpture sur bois ou le travail de la forge. Alors il recevra un enseignement sur
See the continuation... ]

Texte de présentation extrait de l'ouvrage:
J. Kerchache, J-L. Paudrat, L. Stephan, L'Art Africain Jacques Kerchache, Citadelles, 1988

Sans méthode préalable, la passion de l'Afrique m'a propulsé au cœur du Gabon, m'a porté du Congo en Guinée équatoriale, de la Côte-d'Ivoire au Libéria, m'a conduit du Burkina Faso au Mali, de l'Éthiopie au Bénin, du Nigeria au Cameroun et de la Tanzanie au Zaïre. De ces expériences parfois difficiles, physiques certes, mais surtout intellectuelles et spirituelles, de ma participation à certaines cérémonies et à diverses manipulations d'objets, de mon immersion temporaire mais effective dans les cultes de l'ancienne Côte des Esclaves, je ne puis restituer aujourd'hui que des sensations, des impressions et je me garderai de toute affirmation.

Cependant, devant la sculpture africaine, il faut cesser d'avoir peur d'être profane et se laisser envahir par elle ; il faut s'en approcher, la fréquenter, se l'approprier, l'aimer. Lui offrir son temps, lui ouvrir sa sexualité, ses rêves, lui livrer sa mort, ses inhibitions, redécouvrir autre chose en soi. Sans lâcheté, ne pas hésiter à désacraliser, sans les rejeter, ses sources culturelles. Ne plus avoir cette taie sur l'œil et se laisser aller à la jouissance, se laisser gagner par la magie.

Même si nous ne pouvons contempler cette sculpture que par fragments, ceux-ci
See the continuation... ]

African traditional religion

African traditional religions, also referred to as African indigenous religions or African tribal religions, is a term referring to a variety of religions indigenous to the continent of Africa. Like tribal religions from other parts of the world, African religious traditions are defined largely along community lines.

Traditional African religions involve teachings, practices, and rituals that lend structure to indigenous African societies. These traditional African religions also play a large part in the cultural understanding and awareness of the people of their communities.


African Traditional Religion and Language

Most traditional African religions have, for most of their existence, been orally/spiritually (rather than scripturally) transmitted. Thus, linguistic experts such as Christopher Ehret and Placide Tempels have applied their knowledge of languages towards reconstructing the original core beliefs of the followers of these traditions. The four linguistic phylums spoken in Africa are: Afro-Asiatic, Nilo-Saharan, Niger-Congo, and Khoi-San.

Afro-Asiatic Spirituality

According to linguist Christopher Ehret, traditional religion among Afro-Asiatic-speaking (Afrasan) peoples was originally henotheistic in nature. In this sense, each clan gave
See the continuation... ]

Jacques Kerchache


Vie des objets de surface

Les objets rituels, masques, statues, mobilier, utilisés en surf ace, jouent dans la société africaine traditionnelle, m rôle bien plus important que les objets funéraires, destinés à'être enterrés. Il faut leur adjoindre une petite quantité de pièces au double emploi (parures, mobilier sacré) qui accompagnent le mort dans sa tombe, comme à Igbo-Ukwu au Nigeria, ou certains objets funéraires trouvés fortuitement et réutilisés en surface, comme chez les Kissi en Guinée, ceux de la culture nok ou de celle d'Owo au Nigeria.

En Afrique, les esprits sont partout présents. Un homme devient souvent plus important après sa mort que pendant sa vie. Les signes de surface fonctionnent par ensembles et sous-ensembles, dans un rapport étroit entre le rôle qu'ils jouent et celui de leurs manipulateurs ; il existe des objets collectifs (souvent les masques), semi-collectifs (de nouveau les masques et une petite partie de la statuaire) et ceux -particulièrement des statuettes- réservés aux sages, mémoire vivante de la communauté. Ceux-ci réactualisent continuellement les objets dans les relations qu'ils entretiennent avec le monde extérieur (événements historiques, contacts avec l'islam, le christianisme, migrations, guerres, alliances) et le monde intérieur (esprits, mort, rêves). Autour

See the continuation... ]


Image André Breton
André Breton

André Breton (February 19, 1896 – September 28, 1966) was a French writer, poet, and surrealist theorist, and is best known as the principal founder of Surrealism. His writings include the Surrealist Manifesto of 1924, in which he defined surrealism as "pure psychic automatism".

Biography

Born to a family of modest means in Tinchebray (Orne) in Normandy, he studied medicine and psychiatry. During World War I he worked in a neurological ward in Nantes, where he met the spiritual son of Alfred Jarry, Jacques Vaché, whose anti-social attitude and disdain for established artistic tradition influenced Breton considerably. Vaché committed suicide at age 24 and his war-time letters to Breton and others were published in a volume entitled Lettres de guerre (1919), for which Breton wrote four introductory essays.

From Dada to Surrealism

In 1919 Breton founded the review Littérature with Louis Aragon and Philippe Soupault. He also connected with Dadaist Tristan Tzara. In 1924 he was instrumental to the founding of the Bureau of Surrealist Research.

In The Magnetic Fields (Les Champs Magnétiques), a collaboration with Soupault, he put the principle of automatic writing into practice. He published the Surrealist Manifesto in 1924, and was editor of La
See the continuation... ]

Jean Paul Barbier-Mueller est un collectionneur suisse, né à Genève en 1930.

Biographie

Il a subi l’influence d’un père que tout passionnait : la poésie, la philosophie, la musique (une des ses oeuvres fut créée à Seattle en 1985) ou la science (il obtint son doctorat en biologie à l’âge de 47 ans).

Après des études de droit à Genève et à Londres, il s’inscrit au Barreau, mais se retrouve assez rapidement au service d’une grande banque, puis directeur, à 28 ans, d’une société financière. En 1960, il crée sa propre entreprise, la Société privée de gérance, spécialisée dans la gestion du parc locatif immobilier d’investisseurs institutionnels et la construction d’immeubles à caractère social.

Collectionneur à la suite de son beau-père Josef Mueller, il s’oriente vers les arts « non occidentaux ». Avec sa femme Monique, il crée en 1977 le musée Barbier-Mueller, qui organise plus de soixante-quinze expositions, la plupart accompagnées d'importants catalogues, présentant les différentes sections de la collection familiale, avec la collaboration des plus grands musées d’Europe, d’Amérique et d’Asie. Il conduit lui-même ou finance des recherches à Sumatra, en Côte

See the continuation... ]


DE L'ART ANCIEN AFRICAIN, DE L'ETHNOLOGIE ET DU MUSEE: POUR UN RECENTREMENT DE L'ESTHETIQUE...


Au commencement était la nuit. Une longue nuit pour l'esthétique africaine. Ce fut le règne sans partage du musée dit «de séries», véritable vitrine du colonialisme, de confession évolutionniste et dont l'approche contextualiste célébrait l'Etrange, chantait l'Aventure et la Science. A cette époque point d'« objets », que des curiosités, trésors de guerre et pièces de laboratoires de chevronnés « Civilisateurs ». Il n'était pas rare alors, de voir des sculptures côtoyer dans les vitrines : cornes, peaux de bêtes et autres feuilles de palmier. Puis, il y eut le regard affûté d'une jeune génération d'artistes particulièrement douée et par ailleurs cruellement blasée, en quête de médecine pour un art européen las de son académisme figé. Cette génération vit dans ce fouillis les moyens d'une rédemption...

Une certaine révolution est venue corriger l'évidente injustice, consacrant depuis le siècle dernier des expositions à caractère esthétique pour la production africaine. Désormais, les objets, dans une dramaturgie suggérée par les seules qualités plastiques, invitent à un rapport nouveau. Exit la surabondance, la cacophonie et le "meurtre du vrai" que génère la tentative bancale de reconstitution de l'ailleurs fantasmé. Ici on ne rejoue pas le film de l'heureuse rencontre avortée entre "civilisés" et "primitifs". Nous avons les vrais Stars que sont les objets, mais d'une

See the continuation... ]

Africa since 1935

Research Director
Professor A. A. Mazrui (Kenya)

Co-Director
C. Wondji (Ivory Coast)

Arts and society since 1935
J. VANSINA

Across Africa today the arts give the show an amazing cauldron of creativity emerged with a dizzying diversity of all layers of society. Many new artistic trends date from the second half of the colonial period. Besides, some pioneers are still working today. After all, it is past two generations since 1935. But in that short time, the artistic activity was a richness and diversity as this chapter may at most trace the main lines of its evolution (1).

Initially, we must enumerate a few general features of social and cultural matrix that is all. These are: the growing impact but unevenly distributed in Europe, the growth of cities, social stratification more trenches that lead to the formation of new classes, the industrial division of time has reached the beaches of leisure may be devoted to the practice and enjoyment of the arts, the prestige associated with the technical and technical training, changing the place and role of the artist in society, past status of artisan to that of cultural soothsayer The change in attitude toward art and their use, alteration of values in general and more specifically the changing religious values. The multiplication of objects of artistic production offers new opportunities, these are just

See the continuation... ]


David Norden
http://users.telenet.be/african-shop/kerchache.htm

In a crucial moment for the world of Tribal Arts, Ana &Antonio Casanovas from Arte y Ritual and Alain Bovis Gallery present two consecutive exhibitions in Paris with a selection of masterworks from the Kerchache collection:

1.”HOMMAGE” June 16-July 22 2006
2. “NIGERIA” September 13th –October 20th 2006

“HOMAGE TO JACQUES KERCHACHE”

WHY?

The Quai Branly

We want to pay an HOMAGE to Jacques Kerchache and , in his name, give support to an important historical event : the opening of the Quai Branly,one of the most important museums in the world dedicated entirely to “les Arts Premiers”. Jacques was first appointed to asses the selection of art works for the “Pavillion des Sessions” in the Louvre Museum which was conceived as an antennae of the Quai Branly.He had a crucial role in the creation of this innovative museum and was an important member of the Acquisition Committee.

See the continuation... ]

P R E F A C E


In one of the chaos of rocks the most amazing of Africa, has a population of farmer-warriors who was one of the last of the French domain to lose its independence.


For most whites in West Africa, the Dogon are dangerous men, if not the most backward of the Federation. Ilspassent to practice human sacrifice and even to defend themselves better against all the outside influences that they live a difficult country. Some writers have told their small fears when supposedly daring excursions. From these legends and the pretext of revolts often due to misunderstandings, it has sometimes taken in exile of entire villages.


In short, the Dogon represent one of the finest examples of primitive savage and this opinion is shared by some black Muslims who, intellectually, are not better equipped than whites to appreciate those of their fellow faithful to ancestral traditions. Only officials who have assumed the heavy task of administering these men have learned to love them.


The author of this book and its many teammates attend the Dogon past fifteen years. They published the work of these men who are now the people's best-known French Sudan: The Souls of the Dogon (G. Dieterlen, 1941), The Currency (S. OF GANAY 1941), Masks (M. Griaule, 1938) have brought to scholarly evidence that blacks lived on complex ideas, but ordered, on systems of institutions and rituals where nothing is left to chance or whim. This work, already ten years ago, drew

See the continuation... ]

Anne-Louise Amanieu
Ecole du Louvre
Specialty Arts of Africa
December 2007

Fang mask society Ngil, Gabon, Pavilion des Sessions at the Louvre

IDENTIFICATION

Fang mask the Pavillon des Sessions consists partly of wood covered with kaolin and measure about 70 cm high. It dates from the late nineteenth century or early twentieth. Listed under the inventory number 65-104-1, it comes from the former collection of André Lefèvre and was acquired in 1965 by the Museum of Man.

DESCRIPTION

This great helmet mask represents a stylized human face, whose face and elongated heart-shaped and slightly concave is shared by a long thin nose. On the top of the forehead develops a studded headband for attaching ornaments and who bears a ridge with extension to the front leads by three strokes for joining the nasal bridge and deployed above the eyebrows. The C-shaped ears stand out in high relief on both sides of the face, as the eyes and mouth, they are barely mentioned by simple incisions highlighted by thin slits etched tattoos that recall that arborist and the Fang Ntoumou Mvai by Günter Tessmann.

ANALYSIS

The mask of Ngil (NGI) exists only among the Fang, the people established the Sanaga River (southern Cameroon) Ogooué River (northern Gabon) and in Equatorial Guinea after a period of migration to the eighteenth and

See the continuation... ]


André Breton (February 19, 1896 – September 28, 1966) was a French writer, poet, and surrealisttheorist, and is best known as the main founder of surrealism. His writings include the Surrealist Manifesto of 1924, in which he defined surrealism as pure psychic automatism.

Biography

Born to a family of modest means in Tinchebray(Orne) in Normandy, he studied medicineand psychiatry. During World War I he worked in a neurological ward in Nantes, where he met the spiritual son of Alfred Jarry, Jacques Vaché, whose anti-social attitude and disdain for established artistic tradition influenced Breton considerably. Vaché committed suicide at age 24 and his war-time letters to Breton and others were published in a volume entitled Lettres de guerre (1919), for which Breton wrote four introductory essays.

From Dada to Surrealism

In 1919 Breton founded the review Littérature with Louis Aragon and Philippe Soupault. He also connected with DadaistTristan Tzara. In 1924 he was instrumental to the founding of the Bureau of Surrealist Research.

In The Magnetic Fields (Les Champs Magnétiques), a collaboration with Soupault, he put the principle of automatic writing into practice. He published the Surrealist Manifesto in 1924, and

See the continuation... ]


Jean Paul Barbier-Mueller is a Swiss collector, born in Geneva in 1930.


Biography

He has been under the influence of a passionnate father : poetry, philosophy, musicor science (he got his PhD in biology at the age of 47).

After law studies in Geneva and London, he registers at the Bar and become manager, at the age of 28, of a financial society. In 1960, he creates his own society, the Private Society of Managment, specialized in the managment of the housing stock and construction of social flats.

Collector as his father-in-law Josef Mueller, he goes in for « non-western » arts. With his wife Monique, he creates in 1977 the Barbier-Mueller museum, which organize more than seventy-five exhibitions, most of them attended with importants catalogues, presenting the differents sections of the familial collection, with the contribution of major european, american and asian museums. He carries out or finances researches in Sumatra, in Ivory Coast and Guinea. He’s one of the best expert of the Batak ethnic group, in the north of Sumatra. In may 1997, the Barbier-Mueller precolombian art museum opens opposite to the Picasso museum, in Barcelona. The town council offers a long-time loan from the Nadal Palace to expose around 400 works of art from Pre-Hispanic America.


Jean Paul Barbier-Mueller is also a recognized specialist of the poetry and the french history of the 16th century. Bibliophile since the age of 13, he has gathered one of the most full library devoted to Ronsard and other authors of the Pléiade. Entitled « Ma Bibliothèque poétique », the catalogue of this collection count 7 volumes already published. Jean Paul Barbier-Mueller has also written many articles for journals such as « Bibliothèque d’humanisme »,

See the continuation... ]

Search
Translations
Menu
Newsletter
Links
Publicités