En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de contenus et services les plus adaptés à vos centres d'intérêts.
 GALERIE ART PREMIER AFRICAIN GALERIE ART PRIMITIF AFRICAIN AFRICAN ART GALLERY

GALERIE ART PREMIER AFRICAIN GALERIE ART PRIMITIF AFRICAIN AFRICAN ART GALLERY

African Paris Gallery L'Oeil et la Main. Art premier primitif africain
Résultat de la recherche Résultat de la recherche : 'ceremonies'

Masque du Ntomo, Bambara, Mali
Masque du Ntomo, Bambara, Mali
6 000,00 €

 

The Authenticity of African Sculptures

by Henri Kamer

The issue of authenticity of African art has been central to collectors for decades.  Henri Kamer, who was president of the International Arts Experts Association at the time, published an outstanding account of the state of the matter in Artes d'Afrique Noire, No. 12 (1974).  The text  that follows is extracted from an English translation of that article, and has been edited further.  The original includes a number of illustrations.  They are not included here because I believe the text suffices without them. 

The original version, including the illustrations, in French and with the English translation, is 

Lire la suite... ]

African Art on the Internet
 
 
 
15th Triennial Symposium on African Art, Arts Council of the African Studies Association, 2011, Wednesday, March 23 - Saturday, March 26, 2011, UCLA, Los Angeles, California
http://www.acasaonline.org/conf_next.htm
Addis Art - Ethiopian Art and Artists Page
Contemporary Ethiopian art and artists - paintings, sculptures and digital art work by students and professionals from Addis Ababa, Ethiopia. University instructor, Getahun Assefa's paintings, drawings, sculpture, digital art. Also work by his brother, Tesfaye Assefa. Based in Addis Ababa, Ethiopia. [KF] http://www.addisart.com/
Addis Art - Nouveau Art from Ethiopia
Artists include Shiferaw Girma and Lulseged Retta. Photographs of each artist's work, a biography, and video. Founded by Mesai Haileleul. [KF] http://www.addis-art.com/
Adire African Textiles - Duncan Clarke
History, background, and photographs of adire, adinkra, kente, bogolan, Yoruba aso-oke, akwete, ewe, kuba, and nupe textiles. The symbolism of images is often provided. One can purchase textiles as well. Clarke's Ph.D. dissertation (School of Oriental and African Studies) is on Yoruba men's weaving. See also the Adire African Textiles blog. Based in London. http://www.adireafricantextiles.com/
Afewerk Tekle
"Ethiopia’s leading artist." Biography, his paintings, sculptures, mosaics, murals, art in the artist's home. Afewerk created the stained-glass windows at the entrance of Africa Hall, headquarters of the United Nations Economic Commission for Africa. "In 1964, he became the first winner of the Haile Selassie I prize for Fine Arts." "In 2000, he was one of the few chosen World Laureates by the council of the ABI on the occasion of the 27th
Lire la suite... ]


Image Mbuti Design: Paintings by Pygmy Women of the Ituri Forest
MEURANT Georges, THOMPSON Robert Farris
Mbuti Design: Paintings by Pygmy Women of the Ituri Forest
 
Détails sur le produit:
Relié: 224 pages - Editeur: Thames & Hudson Inc - 1996 - Langue: Anglais 
ISBN-10: 0500974306 - ISBN-13: 978-0500974308
Descriptions du produit:
Thames & Hudson Inc, 1996. Hardcover. 300 x 245 mm. Brand New Book with Free Worldwide Delivery. The Mbuti people, who live in the Ituri rainforest of northeastern Zaire, are one of the few remaining hunter-gatherer cultures in the world. Since 3500 BC they have been famed for their rich arts of music and dancing, but until recently the barkcloth drawings and paintings originally made by the women as loincloths for ceremonies and dances have been virtually unknown in the west. The qualities of these drawings and their reflection of the Mbuti people's way of life, are explored and illustrated in this volume. The drawings are closely analyzed, examined both thematically and aesthetically, and the wider influence of African forager art forms on contemporary world art is
Lire la suite... ]


Image Babembe Sculpture
LEHUARD Raoul, LECOMTE Alain
Babembe Sculpture
 
Détails sur le produit: - Relié: 212 pages - Editeur: 5 Continents Editions srl; Édition: Bilingual (22 avril 2010) - Collection: ARTS 1ERS - Langue: Anglais 
ISBN-10: 8874395442 - ISBN-13: 978-8874395446
Présentation de l'éditeur: Première monographie consacrée à la production artistique et symbolique des Babembé, cet ouvrage richement illustré présente les sculptures anthropomorphes en bois que ce peuple consacrait au culte des ancêtres. La majorité d'entre elles sont reproduites ici pour la première fois; leur décor témoigne des tatouages, scarifications et ornements cutanés auxquels les Babembé avaient recours pour embellir leur corps lors des rituels d initiation.------ The first full investigation into the symbolic artworks of the Babembe, this richly illustrated monograph presents a particular type of sculpture that the Babembe devoted to their family ancestors. Many of these anthropomorphic wooden statues are published here for the first time, and they bear the same tattoos and scarifications, or skin decorations, that these people have always used to embellish their bodies during initiation
Lire la suite... ]


Image GURO
 
FISCHER Eberhard
GURO: Masks, Performances, and Master Carvers in Ivory Coast
 
Détails sur le produit: Relié: 520 pages - 244mm x 45mm x 303mm. - Editeur: Prestel (3 mars 2008) - Langue: Anglais - ISBN-10: 3791339419 - ISBN-13: 978-3791339412
 
Descrizione libro: The Guro people of Africa's Ivory Coast are renowned for their rich mask and sculpture traditions. These objects of joyful and sublime beauty are used in a variety of social and spiritual ceremonies. Art ethnologist Eberhard Fischer has spent decades researching the Guro traditions and documenting their way of life. In this book he presents a collection of hundreds of images, many of them published for the first time, of masks and woodcarvings, as well as lively scenes of Guro dances and artisans at work. Numerous interviews with prominent Guro, including religious officials, carvers, weavers, dancers, and cult masters, enhance the appreciation of this society. Eberhard's unique understanding of the Guro makes this volume a standard work on the art and culture of these
Lire la suite... ]


Full text, digitalised by Lies Strijker and presented by the .Centre Aequatoria
Notes on the digitalisation and presentation


[Cover]

[1: empty]

[2]
IMPRIMI POTEST
Kanzenze, 12-2-1952
P. Simeon, o.m.f.
Sup. Reg.

IMPRIMATUR
Luabo-Kamina, 30-5-1952
+VICTOR PETRUS KEUPPENS
Vic. Ap. de Lulua


[3]

BANTU PHILOSOPHY
by
The Revd. Father PLACIDE TEMPELS

(Translated into English from "La Philosophie Bantoue" the French Version by Dr. A. Rubbens of Fr. Tempels' original work. The Revd. Colin King, M.A. Translator.)

With a Foreword to the English Edition by Dr Margaret Read, C.B.E.Ph. D.,M.A., formerly Professor of Education and Head of the Department Of Education in Tropical Areas, The

Lire la suite... ]

 
WHAT IS AFRICAN ART? 

SUPPORT NOTES FOR TEACHER

Learning & Information Department 
Telephone +44 (0)20 7323 8511/8854 
Facsimile +44 (0)20 7323 8855 
education@thebritishmuseum.ac.uk 
Great Russell Street 
London WC1B 3DG 
Switchboard +44 (0)20 7323 8000 
www.thebritishmuseum.ac.uk 
Commemorative head of a Queen Mother
Lire la suite... ]

 

Tribal Art - Jean-Baptiste BacquaLire la suite... ]

Lire la suite... ]


Image African Childhood

L’ enfance africaine

En Afrique un enfant n'est pas seulement un membre d'une lignée ancestrale, c’est aussi le gardien de l’avenir de la culture de son peuple. Dès sa naissance, de nombreuses cérémonies différentes, qui sont réalisées malgré les différences culturelles expriment les même besoins, elles annoncent l'entrée d'un être humain au cœur de la vie, et l'établissement de l'enfant comme le plus récent ajout à une lignée particulière.
Parce que la mortalité infantile reste élevée en Afrique, de nombreuses cultures sont extrêmement superstitieuses pendant les premières années de l'enfant, ils veillent scrupuleusement a accomplir les rituels afin de lui offrir une protection efficace.

Les Woddabe, du Niger ne nomment pas les enfants, avant leur douzième anniversaire de sorte qu'ils ne peuvent pas être identifiés par l'esprit de la mort. Les bébés Massai, sont nommés peu de temps après la naissance et un rituel de rasage des têtes de la mère et l'enfant sert à lier les deux devant un nom, qui est officiellement proposée par les anciens du village. Les Kassena du Ghana, demandent l'aide de leurs devins pour choisir le nom d'un enfant avant sa naissance, et de choisir une divinité personnelle permettant de protéger les nourrissons durant toute son enfance. Malgré cette précaution, des décès se produisent et des rituels sont mis en place pour les enfants défunts et leurs familles.

Le peuple fon du Bénin, commémorent la mort d'un enfant jumeau, (

Lire la suite... ]


Image Climatic encounter

La rencontre avec l’environnement

Après avoir été isolés pendant une période d'instruction, les initiés font l'objet d'une rencontre avec l’environnement extérieur ou subissent une épreuve qui marque le point culminant de leur initiation et le début d'une nouvelle phase dans leur vie.
les initiations masculines impliquent souvent la confrontation avec le monde extérieur sous la forme d'un test de bravoure. Pour prouver leur courage les guerriers massai doivent affronter les lions armés seulement d’une lance. Chaque initié Bassari doit lutter contre un farouche esprit masqué qui est venu de la forêt sacrée pour lui faire face. L'initié ne doit pas gagner la bataille, mais il doit tout faire de son mieux. La survie est une victoire un signe que l'initié aura le courage d'affronter la vie.

Pour les adolescentes en Afrique, la circoncision, est l'un des plus grands défis dans leur vie, les jeunes adolescentes massai subissent ce ancien rituel à la puberté lors de leur première règles. la circoncision valide le passage à l'âge adulte et  prépare pour les mariages et pour la maternité, l'excision est une  pratique très controversée. Du point de vue des Massai la l’excision légitime le mariage et les enfants. De l'avis du monde occidental le rituel semble une forme cruelle de mutilation. Les krobo par exemple ne pratiquent pas l'excision , ils scarifient le dos de la main de l'initié avec un tatouage délicat de fines marques bleues pour indiquer qu'elle a subi la formation d'initiation et est passée dans la féminité. Le tatouage est un symbole de maturité.

Lire la suite... ]


Image childhood



Image First steps

African ceremonies

 

Birth and initiation

 

First steps : in traditional african societies, the passage from one stage of life, to the next is marked with important rituals and ceremonies. Fromp the moment of birth, an African is connected to family, to community and toi ancestors. The arrival of a child, is often seen as a reintroduction of the spirit of an honoured ancestors back into the world. The first breath of the life, , however is not always, drawn without complication. The fon people of Benin, believe that some babies may refuse to be born. Just before birth, the eldest of a set of twins, is said to peek out of the womb to survey the outside world. If it determines, that the world is unsafe it returns to the womb, to report to its sibling, the twins may then refuse their delivery. The fon who experience high infant mortality use this explanation of a stillbirth to soften the blow of loosing a child. To ensure survival during their most fragile years many Africans babies are protected by talismans. Whether they consist of a leather pouch filled with blessings or a collection of special beads these talismans connect the child, to the ancestral powers as well the spirits of nature.

Among the nomadie Woddabe of Niger, firstborn children are sometimes cared for by womens who are not their mothers. The nomads consider firstborn children so sacred that a mother may not trust herself to nurse her child instead others mothers will suckle the child for the first few day of life, furthermore a mother and father are not permitted to speacks theirs firstborn name throughout its life because woddabe believe that the spirit of death cannot see a child without a name

For many Africans the process of naming a bay is often, too risky to be done at birth, when a child’s life is still precarious. Babies are often names only when it is

Lire la suite... ]

Les Pendé

 

Les Pendé repoussés vers le nord par les lunda, durant le 17ème, s’installèrent dans une région, située entre les régions Loango et Kasaï. Deux cents ans plus tard les Tchokwé envahirent les territoires Pendé, lorsqu’ils migrèrent vers le nord en provenance d’Angola, mais ils furent contraints de rendre les territoires annexés par les colonisateurs belges. Les 500000 Pendé principalement agriculteurs ne sont pas gouvernés par une autorité centrale mais par les chefs de famille, connus sous le nom de Djogo, parfois assistés par les nobles par des nobles. Les jeunes hommes sont organisés en groupe d’âge, et doivent passer par différentes initiation y compris celle de la circoncision durant l’adolescence.

L’art Pendé peut être divisé en deux traditions, artistiques, la première provient des Pendé occidentaux qui vivent le long de la rivière Lodango, la seconde est centré sur les Pendé orientaux le long de la rivière Kasaï.

 

Masques :

Les Pendé occidentaux ont utilisés une quinzaine de types de masques différents durant leur cérémonie, ils ont des yeux regardant vers le bas un nez triangulaire, et une bouche protubérante laissant parfois voir les dents.

On trouve souvent trois types de masques dans les collections occidentales. Le premier a longue barbe est appelé Kiwoyo-Muyombo. Le deuxième connu sous le nom de Mangu, montrent les traits distordus, qui évoquent probablement les effets d’une crise d’épilepsie. Le troisième un masque de chef appelé Phumbu, a une coiffure divisé en trois parties.

Les masques

Lire la suite... ]

Les Yoruba

 

Le terme de Yoruba décrit à la fois un langage et une tribu vivant entre le Nigéria et la république populaire du Bénin, dans une région couverte de forêts et de savane. Leur histoire peut être retracée à partir du début de notre millénaire, avec la civilisation d’Ifé. Suite à l’effondrement du royaume d’Ifé un certain nombre de royaume tel que ceux d’Oyo, et d’Ijebu émergèrent, à leur tour ils se désintégrèrent durant le 18ème et le 19ème, mais furent ressuscités par les pouvoirs coloniaux, à la fin du 19ème. Aujourd’hui ils sont toujours à la base de la structure politique Yoruba. Le commerce des esclaves toucha fortement les populations Yorouba du Nigéria et il contribua, à leur diaspora et à la dissémination de leurs rites et de leurs croyances.

 

Les Yoruba sont des artisans prolifiques, la plupart des objets d’art Yoruba datent d’entre la fin du 19 ème, et le milieu de ce siècle, et peuvent parfois être attribués a des artistes connus par leur noms, ce qui est une exception dans l’art africain.

 

Durant le XVI, le royaume D’Ijebu, domina les régions situées près de la côte de l’océan atlantique . le cuivre importé par les navigateurs, portugais était échangé par les Ijebu et de nombreux objets en bronze furent créés par leurs artistes. Ces objets témoignent de l’influence de leurs voisins, le royaume du Bénin. Néanmoins, leurs bracelets cloches et sceptres, sont généralement décorés de figures, mi

Lire la suite... ]

Les Luba

 

L’empire Luba fût fondé en 1585, dans la dépression de l’Upemba, par le roi Kongholo, son neveu et successeur Kalala Llunga, agrandit rapidement le royaume jusqu’au territoire situé sur la rive gauche, de la rivière Lualaba. A l’apogée du royaume plus d’un millions d’individus vivants dans des tribus, diverses payait un tribut au roi Luba. A la fin du XIX avec l’vancée des Ovimbudu d’Angola et les raids des marchands d’esclaves islamiques, l’empire s’affiblit et s’écroula lorsque les colonisateurs belges arrivèrent.

L’économie de lm’empire Luba provenait de versement de tribut et de redistribution des ressources provenant de l’agriculture, de la pêche et de la chasse, et des activités minières.

Les artistes Luba ont créé de nombreux objets liés à l’activité de la cour, les objets de prestige étaient généralement décorés de figures féminines, omniprésentes dans l’art Luba. Du fait de l’énorme superficie couverte par l’empire il existe de larges variations stylistiques dans le corpus de l’art luba.

 

Masques :

 

Les masques Luba rares, se trouvent surtout dans la partie orientale de l’empire. Un type de masque Luba, très similaire aux masques Kifwébé des Songyé mais qui présente des traits plus arrondis. Il existe très peu de masques zoomorphes.

 

Statues :

 

Les artistes Luba ont sculpté des statues féminines debout ou agenouillées appelées Mboko, tenant habilement une coupe, et qui servaient durant les

Lire la suite... ]


Image Songyé

Les Songyé

 

Au cours du XV siècle, les songyé migrèrent de la région du Shaba, (sud est de la république démocratique du Congo) et s’installèrent le long de la rive gauche de la rivière Lualaba, sur un plateau recouvert de savane et de forêt. Divisés en de nombreux sous groupes, les cent cinquante mille Songyé sont gouvernés par un chef central, le Yakitengé, dont la fonction demande qu’il ne montre pas d’émotions fortes, n’ait pas de contact avec les villageois, et ne boive pas en public. De plus des chefs locaux, distribuent les terrains aux villageois, mais une puissante société secrète contrebalance leur pouvoir. Contrairement à celles de leurs voisins la société Songyé est patriarcale.

Les Songyé créent des statues impressionnantes et des masques, aux traits puissants utilisés durant les cérémonies, liées à leur sociétés secrètes. Les statues sont souvent recouvertes d’accessoires. Des variations stylistiques régionales, dues à la grande étendue du territoire peuvent être observées.

 

Masques :

 

Le type de masque le plus connu est le KIFWEBE, ce qui peut être traduit par masque en dialogue Songyé. Son visage recouvert de scarifications linéaires, incisées montre une bouche rectangulaire, et un nez allongé placé entre des yeux globuleux. Il peut être masculin s’il est sculpté avec une crête centrale, ou féminin s’il porte une coiffure lisse. La taille de la crête sagittale du masque masculin indique sa puissance. Durant les initiations les circoncisions et les

Lire la suite... ]


Image Mossi

Les Mossi

 

Le premier empire Mossi fut fondé durant le XV, par des envahisseurs venus du nord du Ghana, de nos jours les Mossi forment la plus importante tribu, du Burkina Faso. Au nombre de deux millions, ils sont le seul peuple de la région à avoir un gouvernement centralisé, dirigé par les anciens Zaksoba.

Les sculpteurs Mossi sont connus pour leurs masques polychromes, qui sont portés durant les festivals, et pour garder les récoltes. Ces masques qui remplissent aussi une fonction totémique, sont gardés précieusement lorsqu’ils ne sont pas portés et des libations leurs sont offertes en échange de leur protection et de leur aide.

Trois types de masques différents peuvent être identifiés : ils semblent correspondre à différentes populations indigènes qui vivaient dans cette région avant l’invasion Mossi au XV. Le premier type se trouve surtout dans la partie ouest, du pays Mossi, et comprend des masques décorés de petites statues animalières ou de visage stylisés. Le deuxième type à l’est inclut des masques semi-circulaires peint en blanc et représentant des esprits positifs associés à la savane. Le troisième type de masque Mossi, appelé Karanga, se trouve surtout dans la partie nord du pays. Il présente un visage stylisé de forme arrondie surmonté d’une grande planche, d’un animal totémique ou d’une statue humaine symbolisant un ancêtre important. Les statues mesurent entre 60 et 100cm, et représentent des chefs décédés, elles sont debout sur des jambes légèrement fléchies leurs bras détachés de leur corps, elles possèdent une tête arrondie et un visage

Lire la suite... ]

Dan


Image Dan

Dan

 

Les Dans connus aussi sous le nom de Yacuba, habitent à l’ouest de la Côte d’Ivoire, et au Libéria, dans une région boisée au sud et couverte par la savane au nord. Au nombre de 350000 ils vivent de la culture du cacao du riz et du manioc. Avant que des sociétés secrètes ne les unissent vers le début du siècle, les Dan vivaient dans des villages autonomes, dirigés par un chef élu pour sa richesse et sa position sociale.

De nos jours la société Léopard joue un rôle majeur dans la vie des Dan : les candidats à l’initiation doivent passer une période d’isolement dans la forêt de trois à quatre mois. Les Dans sont réputés pour leurs festivals qui étaient à l’origine, des cérémonies villageoises mais qui aujourd’hui sont plutôt destinés aux touristes, durant ces fêtes apparaissent des danseurs souvent perchés sur des échasses.

 

Masques :

 

Les masques Dan sont caractérisés par une face concave,, un menton pointu une bouche protubérante , un front haut et sont souvent recouverts d’une riche patine marron, des masques de types similaires existent dans tout le pays Dan, mais certaines variations stylistiques, peuvent être observées. Par exemple : les masques du nord du pays dan qui présentent souvent des traits fins, un haut front lisse des yeux situés au milieu du visage et une patine

Lire la suite... ]


Image Baga

 

Les 45000 Baga, vivent le long de la côte de Guinée Bissau, dans des villages divisés en deux et quatre quartiers, eux-mêmes subdivisés en 5 et 6 clans. La tradition voudrait que chaque village, soit dirigé par les plus anciens membres de chaque clan qui se réunissaient en secret. De nos jours ce système a été remplacé par un maire élu pour chaque village.

Les Baga vénèrent un dieu unique appelé Kanu assisté par un esprit masculin, Somtup, et un esprit féminin A-bol. Un esprit souvent représenté par un serpent, veille sur les grades inférieurs de la société To-Lom responsable des rites d’initiations.

 

Les premières sculptures Baga apparurent en Occident durant les années 50 ; l’impact de l’islamisation, et l’abandon des rites et croyances traditionnels, permirent aux marchands occidentaux de pouvoir exporter les masques cimiers et statues Baga. De nos jours les Baga essaient de restaurer leur culture avec l’aide de leurs anciens, ils recréent cérémonies et festivités qui rythmaient leur vie traditionnelle.

 

Masques :

Lire la suite... ]

Pages 1 2 3
Recherche
Traductions du site
Menu
Lettre d'information
Liens
Publicités