En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de contenus et services les plus adaptés à vos centres d'intérêts.
 GALERIE ART PREMIER AFRICAIN GALERIE ART PRIMITIF AFRICAIN AFRICAN ART GALLERY

GALERIE ART PREMIER AFRICAIN GALERIE ART PRIMITIF AFRICAIN AFRICAN ART GALLERY

African Paris Gallery L'Oeil et la Main. Art premier primitif africain
Situation dans le site : Magasin » IDOMA » Statues » Statue féminine anjenu, Idoma, Nigeria
 

Statues



 

Statue féminine anjenu, Idoma, Nigeria

45 000,00 €
Statue féminine anjenu
Idoma, Nigeria
Hauteur 60 cm
Bois, kaolin



Habitant au confluent de la Bénué et du Niger, les 500 000 Idoma sont, de nos jours, principalement agriculteurs et commerçants. Leurs artistes sont connus pour leurs statues féminines de fécondité dont la bouche entreouverte laisse voir les dents, et qui portent des scarifications verticales sur les tempes. Leur visage est généralement recouvert de pigments blancs, une caractéristique partagée par les Igbo, leurs voisins.

Au moins deux types de ces statues peuvent être identifiés. Le prmier, connu sous le nom d'anjénu, est utilisé pour des rites de fécondité et vénéré sur de petits autels. Le second type, appelé ekwotame, se présente sous la forme d'une statue féminine assise parfois recouverte de pigments noirs. Ce type de statue présente des ancêtres et symbolise l'idée du lignage. Les statues sont généralement placées à côté du corps du défunt pendant les funérailles.

Cette statue possède un riche décor appliqué au kaolin, créant un jeu graphique et chromatique de grande qualité esthétique.

L'élément sacré exerce une influence particulière dans la production artistique du peuple idoma. Le culte des Anjenu est commun aux Idoma, aux Igala (Alijenu) et aux Yoruba (Anjanun). Deux traits caractérisent ce culte: l'esprit Anjenu a la capacité d'"habiter" une personne, via des rêves ou des transes; d'autre part, certains rituels  d'apaisement tentent de calmer les esprits de la nature par le biais de chants, de danses et de sacrifices.
 
Un exemplaire similaire, mesurant 71 cm de haut et appartenant à la collection Barbier-Mueller; a été publié page 196 dans le catalogue de l'exposition "Arts du Nigeria" qui a eu lieu au Musée des Arts d'Afrique et d'Océanie en 1997. Elle a été identifiée comme une statue anjenu, mais Sidney Kasfir a remis cette hyothèse en cause pour finalement l'identifier comme une figure ekotame.

F. NEYT, The arts of the Benue: the roots of tradition, Editions Hawaiaan Agronomics, 1985



 
Panier
Informations
Catalogue
Recherche
Traductions du site
Menu
Lettre d'information
Liens
Publicités
var _gaq = _gaq || []; _gaq.push(['_setAccount', 'UA-5612308-4']); _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();